Pilules de 3e et 4e génération : l’Europe moins alarmiste

Après la vague de panique qui avaient entouré les pilules de troisième et quatrième génération en France en début d’année, l’Agence européenne des médicaments s’est montrée beaucoup moins alarmiste et s’est déclarée vendredi dernier favorable à la poursuite de la commercialisation de ces pilules, les bénéfices qu’elles apportent restant supérieurs aux risques.

Après la divulgation de plusieurs cas de thromboses veineuses chez des jeunes femmes prenant une pilule de 3e ou 4e génération, la France avait décidé en début d’année d’en restreindre considérablement l’usage. Elle avait également saisi l’Agence européenne du médicament (EMA), afin d”obtenir une révision au niveau européen des recommandations sur ces produits.

Des bénéfices supérieurs au risque

Or, le Comité pour l’évaluation des risques en matière de pharmacovigilance, commission spécialisée de l’EMA en la matière, a rendu son avis vendredi dernier, avis dans lequel il se montre beaucoup moins alarmiste que la France. En effet, ce comité juge que “les bénéfices de tous les contraceptifs oraux combinés continuent d’être supérieurs aux risques“. Il a donc choisi de placer les pilules de 3e et 4e générations sur le même plan que celles de 1ere et 2nde génération. “Il n’y a aucune raison pour qu’une femme qui prend un COC (contraceptif oral combiné, NDLR) arrête sur la base de cette évaluation“.

Néanmoins, l’EMA ajoute qu’il “est important que les femmes soient informées des risques, signes et symptômes des thromboses veineuses et que les médecins prennent en considération les facteurs de risques individuels au moment de la prescription d’un contraceptif“. Elle rappelle enfin que ce risque est accru chez les femmes fumeuses, en surpoids, migraineuses, ayant des antécédents familiaux d’accidents veineux ou après un accouchement.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter