Requin : la cohabitation se complique à La Réunion

Requin bouledogue - crédit Albert KokLa Réunion a enregistré une nouvelle attaque mortelle de requin lundi dernier. Avant cette agression fatale sur une adolescente de 15 ans, à seulement quelques mètres du rivage, une dizaine de charges de requin avaient déjà été enregistrées sur cette île en seulement 2 ans.

Lundi, aux alentours de 14h15, une jeune baigneuse équipée d’un masque et d’un tuba a été victime d’une attaque de requin à seulement quelques mètres du rivage, à proximité du cimetière marin de Saint-Paul, dans une zone en principe interdite à la baignade. En vacances à La Réunion, l’adolescente de 15 ans se baignait sur une plage non surveillée, accompagnée par une amie. Victime d’une attaque éclair d’une violence inouïe, elle est morte sur le coup.

Le requin bouledogue aussi dans le Mississipi

C’est très certainement un requin bouledogue qui est responsable de cette attaque. Cette espèce trapue et puissante qui peut atteindre 3,40 m de longueur, est connue pour sa capacité à s’adapter à des environnements les plus divers, les mers tropicales et sub-tropicales bien sûr, mais aussi de nombreux fleuves et rivières dans le monde comme le Zambèze, le Mississipi, le Gange ou l’Amazone.

Le requin bouledogue est responsable de nombreuses attaques sur l’homme comme le requin tigre. Réputés pour son agressivité et ses agressions sans signes précurseurs, cette espèce capable de nager dans de faibles profondeurs serait impliquée dans beaucoup d’attaques dans le monde, notamment au Brésil, en Australie et l’île de la Réunion où ce requin serait responsable de plus d’un tiers des agressions.

Alerte de la préfecture le 5 juillet

Le préfet de la Réunion s’était inquiété le 5 juillet dernier de la recrudescence des requins sur les plages fréquentées par les surfeurs et les baigneurs. « Une augmentation du nombre des observations de requins sur les sites de pratique d’activités nautiques a été relevée par le Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) de La Réunion ».

Ayant constaté un doublement des signalements, depuis la dernière attaque mortelle le 8 mai dernier, le préfet Jean-Luc Marx avait recommandé début juillet « la plus grande vigilance aux usagers de la mer et plus particulièrement aux pratiquants des sports de glisse eu égard à leur plus forte exposition au risque d’attaque ». Il invitait ces derniers à respecter les conseils de prudence en rappelant les dispositifs de prévention et de surveillance mis en place.

Pêche au requin relancée

Cette nouvelle attaque de requin repose une nouvelle fois la délicate question de la cohabitation difficile entre les surfeurs, baigneurs et autres plongeurs et des requins de plus en plus présents sur les plages fréquentées de l’île. Au lendemain de l’attaque mortelle d’un surfeur en mai dernier, Thierry Robert, député-maire de Saint-Leu, avait pris un arrêté autorisant la pêche au requin sur le territoire maritime de sa commune, mais sa décision avait été suspendue le 7 juin par le tribunal administratif de Saint-Denis, qui avait été saisi par plusieurs associations écologistes.

Pêche intensive au requins, filets de protection, barrages divers, surveillance accrue… les solutions existent mais divisent la population, les commerçants, les politiques, les écologistes et les scientifiques. Dès lundi, la préfecture de la Réunion a annoncé le lancement rapide de la « deuxième phase » de recherche liée au plan de réduction du risque requin qui vise à permettre la pêche et la commercialisation de la viande de requin sur l’île.

[box type=”shadow” ]Impliqué dans de nombreuses attaques, le requin bouledogue est une espèce de squale trapu et agressif qui peut atteindre 3,5 m. Il a la particularité de pouvoir s’adapter aussi bien aux mers tropicales qu’aux rivières et fleuves si bien qu’on le retrouve dans le Mississippi, le Zambèze, ou encore l’Amazone.[/box]

  • facebook
  • googleplus
  • twitter