EELV : la crise n’épargne pas le parti écologiste

Pascal DurandA l’occasion d’une convention de réflexion, les membres d’Europe Ecologie- les Verts étaient réunis samedi à Paris, afin d’analyser notamment les conclusions de trois enquêtes menées auprès des sympathisants écologistes. Et aux vues des conclusions de ces sondages, l’idéologie n’est pas épargnée par la crise et les questions environnementales sont passées au second plan des préoccupations, derrière le chômage.

L’écologie n’échappe donc pas à la crise et les questions environnementales sont désormais  passées au second plan chez les sympathisants, le chômage venant prendre la première du classement des préoccupations. Trois études reprises aujourd’hui par Les Echos, vont dans ce sens. Outre l’étude du Cevipof, EELV avait en effet commandé deux sondages, l’un Viavoice, l’autre Harris Interactive, menés auprès des sympathisants écologistes.

Un programme “en décalage avec la réalité”

Et, selon les conclusions du sondage mené par Viavoice, “EELV se trouve dans un contexte peu favorable” pour une nouvelle percée, comme cela avait été le cas lors des élections européennes de 2009. C’est que la crise est passée par là et pour 43% des sympathisants, “avant de se préoccuper de l’environnement, il faut d’abord donner du travail au gens“. Les personnes interrogées déplorent également un programme écologiste “en décalage avec la réalité économique“. Quant au message sur la transition énergétique, créatrice d’emplois selon EELV, il semble ne pas passer. “L’idée que l’écologie créerait des emplois n’est pas comprise“, explique dans Les Echos le directeur de Viavoice, François Miquet-Marty.

La finalité même du parti est remise en cause puisque pour les personnes interrogées, EELV n’arrive qu’en sixième position quant il s’agit de défendre l’environnement en France, derrière les citoyens eux-mêmes, les associations ou les ONG. Quant à l’image d’EELV, elle est aussi bien écornée. Pour Harris Interactive, EELV est perçu comme un parti “mal organisé, marqué par des divisions internes et qui souffre d’un manque de leaders visibles“. Pascal Durand, secrétaire national d’EELV, appréciera.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter