Cancer : le Distilbène passé au crible, la France attend des chiffres

DistilbèneUne vaste étude épidémiologique va débuter aujourd’hui en France afin d’évaluer les effets du Distilbène. Le Distilbène est un médicament massivement prescrit entre 1948 et 1977 aux femmes enceintes afin de limiter le risque de fausses couches. Or, aujourd’hui, on sait que les filles de mères traitées rencontrent beaucoup de difficultés pour tomber enceintes à leur tour et présentent un risque plus élevé de cancer .

Le Distilbène est donc un médicament prescrit entre 1948 et 1977 aux femmes enceintes présentant un risque de fausses couches. Si le produit s’est révélé efficace pour limiter les fausses couches, les enfants nés de mères traitées sont aujourd’hui exposés à divers troubles, difficultés à tomber enceinte, ménopause précoce, cancers du col de l’utérus… C’est pourquoi, pour la première fois en France, une association de défense des victimes du Distilbène va mener la première étude épidémiologique sur le sujet afin d’évaluer tous ces risques.

Un risque de cancer du sein doublé?

Si aux Etats-Unis une étude estime que les filles nées de mères traitées au Distilbène durant leur grossesse doublerait le risque de développer un cancer du sein après 40 ans, la France ne dispose à ce jour d’aucun chiffre. L’étude devrait donc permettre de chiffrer ce risque en France, sachant que 200.000 femmes ont été traitées par ce médicament.

On sait que les “filles Distilbène” rencontrent aujourd’hui certaines difficultés pour avoir elles-même des enfants, certaines présentent des malformations de l’utérus, mais c’est maintenant le spectre du cancer du sein qui plane au dessus de leur tête. L’étude s’intéressera donc aux mères et aux filles, mais également à la troisième génération. Les chercheurs soupçonnent encore des malformations du pénis chez les garçons ou des problèmes de règles irrégulières chez les jeunes filles.

Les résultats de cette enquête seront publiés en 2014.

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter