Cancer : un seul verre d’alcool suffit

alcoolUne nouvelle étude du National Cancer Institute publiée dans la revue American Journal of Public Health risque de faire peur aux petits consommateurs d’alcool, adeptes du petit ballon de rouge. En effet, selon cette étude, un seul verre d’alcool par jour suffirait à augmenter le risques de cancer.

Alors que des experts reconnaissent les bienfaits d’un verre de vin rouge quotidien sur le système cardio-vasculaire, cette nouvelle étude montre que cet effet bénéfique serait surfait comparé aux risques que ce verre entraine. En effet, selon l’étude du National Cancer Institute, un seul verre quotidien d’alcool suffirait à augmenter les risques de développer un cancer. “Comme prévu, les plus gros consommateurs d’alcool sont les plus à risques, mais il n’y a vraiment pas de niveau de consommation sain. L’alcool cause dix fois plus décès qu’il n’en évite“, explique David Nelson, le directeur du programme de prévention du cancer du National Cancer Institute.

L’alcool, un facteur de risque trop souvent oublié

Concrètement, selon les résultats de cette étude, 54% des personnes décédant d’un cancer lié à l’alcool (foie, oesophage, …) consommeraient trois verres ou plus d’alcool par jour. Entre un et trois verres, ce risque descend entre 14% et 17%. Enfin, pour ceux qui consomment un verre ou moins, le risque d’avoir un cancer lié à l’alcool est compris entre 25% et 35%. Alors pour ceux qui pensent que, tant qu’à faire, autant boire deux à trois verres par jour, le risque est moindre, les chercheurs répondent que le pourcentage est effectivement plus élevé dans la dernière catégorie compte tenu du fait que c’est celle qui regroupe le plus de personnes.

Pour David Nelson, la petite consommation d’alcool est un facteur oublié dans les campagnes de lutte contre le cancer. “Quand les gens parlent de la manière de prévenir le cancer, ils pensent souvent à la restriction de tabac et à une alimentation saine. Mais l’alcool est souvent un facteur oublié“.

Selon les chiffres des Etats-Unis, où a été menée l’enquête, 3,3% des décès par cancer seraient consécutifs d’un cancer lié à l’alcool.

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter