Alimentation: le grand gâchis mondial

Le dernier rapport publié aujourd’hui par les experts britanniques de l’Institution of Mechanical Engineers a de quoi provoquer la colère du milliard de personnes qui ne mangent pas à leur faim dans le monde. En effet, selon les chiffres publiés, la moitié de la nourriture produite à l’échelle mondiale est jetée au lieu d’être consommée.

Les experts de l’IMeche, organisme britannique qui vise à promouvoir l’ingénierie dans le monde, ont donc décidé de se faire la chasse au gaspi. Et leur constat est alarmant quand on sait qu’un milliard de personnes ne mangent pas à leur faim. En effet, selon leur rapport, 1,2 à 2 milliards de tonnes de nourriture produite seraient gaspillées. Un chiffre qui représente 30% à 50% de la production mondiale. Les britanniques pointent alors du doigt les pratiques en vigueur tout au long de la chaîne de production. Les mauvaises conditions de stockage et de transport des produits brut créent des dégâts sur ces deniers.

Ensuite, s’agissant des fruits et légumes, leur apparence esthétique occupe aujourd’hui une grande place, jetant au rebuts tous ceux qui ne respectent pas les mensurations parfaites dictées par le consommateur. Parce que le consommateur est tout aussi coupable. En Europe et aux Etats-Unis notamment, “jusqu’à la moitié de la nourriture achetée est jetée par le consommateur lui-même“, explique le rapport.

Changer les mentalités

Les pratiques de vente sont également jugées coupables de ce grand gâchis. Les offres promotionnelles proposant deux produits pour le prix d’un incite le consommateur a acheté plus de produit qu’il n’en a finalement besoin, et le plus souvent le second lot finit à la poubelle. Les dates de péremptions, trop strictes, provoquent également le rejet de produits pourtant encore consommables.

Mais le gaspillage ne s’arrête pas à la production brute. Tim Fox, responsable de l’environnement et de l’énergie à l’IMeche ajoute qu’il existe aussi “un gaspillage de terres, d’eau et de ressources énergétiques qui ont été utilisées pour produire, transformer et distribuer cette nourriture“. Les britanniques de l’IMeche appellent donc les gouvernements du monde entier à lutter contre ce gaspillage excessif. Une lutte qui passera par de meilleure conditions de production mais également par une modifications des mentalités des consommateurs. D’autant qu’en 2075, la population mondiale atteindra environ 9,9 milliards d’habitants selon l’ONU, soit environ 2,9 milliards de consommateurs supplémentaires.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter