Le nucléaire, filière “d’avenir” pour Arnaud Montebourg

Invité de BFMTV ce week-end, le ministre du Redressement productif a lancé un pavé dans la mare des écologistes, expliquant qu’il considérait le nucléaire comme “une filière d’avenir“. Une “provocation” selon Noël Mamère, député-maire Europe Ecologie- Les verts, qui vient en opposition avec l’accord électoral conclu entre les deux partis lors de la campagne présidentielle.

Jamais avare de petites phrases et de sorties médiatiques, le ministre du redressement productif a été fidèle à sa réputation dimanche sur BFMTV. Arnaud Montebourg a animé un débat toujours compliqué entre socialistes et écologistes et ce, avec à une petite phrase glissée sur BFMTV ce week-end. Prenant exemple de ce qu’il se passe en Grande-Bretagne ou en République tchèque, l’élu de Saône-et-Loire a affirmé que “le nucléaire est une filière d’avenir” tout en précisant qu’il fallait qu’il soit “rééquilibré“.

Si Arnaud Montebourg ne revient pas directement sur la ligne directrice de François Hollande, visant à réduire la part du nucléaire de 75% à 50% dans la production électrique totale, à l’horizon 2025, il valorise un type d’énergie jugée “menaçante” par les écologistes. Et chez les Verts, c’est inacceptable.

Europe Ecologie-Les Verts, qui soupçonne déjà le ministre du Redressement productif de s’intéresser au gaz de schiste, autre sujet épineux, s’élève contre de tels propos et préfère y voir des “propos isolés”. Noël Mamère, député-maire de Bègles considère de son côté cette sortie comme une “provocation“. “Nos interlocuteurs restent le Premier ministre, le président de la République et le PS” rappelle t-on à la tête du parti écologiste.

Pour Denis Baupin, vice-président (EELV) de l’Assemblée nationale, “le redressement productif ne passe pas par l’acharnement thérapeutique sur des technologies dépassées“. “La filière nucléaire doit préparer son avenir : le démantèlement” s’amuse l’élu écolo.

Un sentiment personnel” pour le porte-parole du PS

Et, loin de vouloir créer la polémique, au PS on évoque un “sentiment personnel“, sans “conséquence concrète“, commentait ce matin David Assouline, le porte-parole du PS. Quant à Claude Bartolone, le président socialiste de l’Assemblée nationale, il sort les rames expliquant qu’il s’agit bien d’une filière d’avenir puisque l’on va démanteler des centrales et que cela devrait créer des emplois…

Bon camarade, Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, est venu au secours de son confrère du gouvernement, soutenant que la filière nucléaire est “incontestablement” et “évidemment” une filière d’avenir. Jean-Marc Ayrault, invité de France 2 ce soir, devrait apporter son éclairage sur ce sujet de tension.

A seulement 15 jours de la tenue de la première Conférence environnementale prévue les 14 et 15 septembre prochains, censée discuter des grandes questions écologiques comme le nucléaire, l’élu de Saône-et-Loire a mis les pieds dans le plat. En semant le trouble au sein de la majorité gouvernementale, Arnaud Montebourg a d’ores et déjà lancé le débat.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter