Prix du gaz : une hausse limitée à l’inflation

Au risque de provoquer un nouveau conflit avec GDF Suez, Jean-Marc Ayrault a annoncé hier sur TF1 que les prix du gaz n’augmenteraient pas au-delà de l’inflation. GDF Suez qui a déjà obtenu l’invalidation du gel des tarifs réglementé imposé alors par François Fillon ne devrait pas en rester là.

Invité hier du JT de TF1, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault annonçait que les prix du gaz n’augmenteraient pas au-delà de l’inflation. “Il y a peut-être un problème juridique, technique, etc… mais moi je veux qu’on comprenne bien qu’on ne va pas encore prendre de l’argent dans le pouvoir d’achat des classes moyennes et des classes populaires“, continuait-il. Une décision saluée dès ce matin par le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, qui évoquait sur RTL une “bonne nouvelle“. “Le Premier ministre a indiqué ce qu’était sa volonté. Elle sera mise en oeuvre quitte à en passer par une modification de la loi et des règlements“.

Dans l’attente du Conseil d’Etat

En effet, GDF Suez a réussi à faire invalider le gel des tarifs imposé par le précédent gouvernement. Le groupe devrait donc renouveler une action du même type. Selon la loi, les tarifs du gaz devraient augmenter une nouvelle fois au 1er juillet, après la hausse de 4,4% eu 1er janvier dernier, afin de permettre à GDF Suez de couvrir la hausse de ses coûts d’approvisionnement. GDF Suez qui estimait alors nécessaire de pratiquer une hausse de 5%, aurait revu ce chiffre à la baisse et évoque aujourd’hui 4,1%. On est toutefois loin des 2% d’inflation.

GDF Suez s’est également tourné vers le Conseil d’Etat afin d’obtenir une compensation pour le gel des tarifs imposé fin 2011 par François Fillon.

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter