Des substances polluantes dans les vernis à ongles

Le dernier rapport du système d’alerte rapide sur les produits dangereux non alimentaire, le Rapex, établi par la Commission européenne, alerte les femmes sur la nocivité de certains vernis à ongles. Aujourd’hui adoptés par de très nombreuses femmes et jeunes filles, certains contiennent en effet des polluants nocifs, comme des phtalates.

Alors que la gamme de vernis à ongles s’est considérablement enrichie ces dernières années,  le Rapex pointe aujourd’hui du doigt certains d’entre-eux contenant des polluants nocifs. Tandis que les phtalates les plus dangereux sont proscrits dans ce type de produit depuis 2001, le dernier rapport du Rapex constate la présence de certains de ces phtalates dans les vernis commercialisés aujourd’hui.

Les phtalates interdits sont les substances le plus souvent identifiées dans ces produits. Ils proviennent surtout des Etats-Unis mais aussi d’Europe, notamment du Royaume-Uni“, explique Frédéric Vincent, le porte-parole des questions de consommation et de santé à la Commission européenne.

Phtalates et formaldéhyde

Cette conclusion rejoint celle de la Direction générale de la concurrence, qui, dans une enquête menée en France en 2009, avait constaté que 10% des vernis à ongles commercialisés sur le marché national étaient en faute par rapport à la législation. Au-delà de la présence de phtalates interdits, la DGCCRF avait également relevé dans certains des produits, une concentration de formaldéhyde supérieure à 5% à la limite autorisée en 1996. Or, le formaldéhyde est une substance cancérigène, et selon Yannick Vicaire, chimiste-environnementaliste au réseau santé-environnement, “en plus d’atteindre le métabolisme en traversant l’ongle, les phtalates et le formaldéhyde peuvent aussi être respirables car ce sont des particules volatiles“.

Les accros du vernis peuvent alors se tourner vers les vernis bio qui prennent de plus en peu de place sur le marché, aux Etats-Unis notamment. S’agissant des grandes marques françaises, elles déclarent respecter les limites autorisées par la loi.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter