La méthanisation soulève la gronde à Romainville

Un projet de centre de méthanisation  suscite la méfiance et l’inquiétude chez les riverains du site à Romainville, en Seine-Saint-Denis. La peur d’odeurs nauséabondes liées à la décomposition des déchets et du risque d’explosion des conteneurs à méthane ont provoqué la gronde des habitants.

L’agence métropolitaine des déchets, qui porte le projet de reconstruction du centre multifilière de Romainville avec la création d’une filière méthanisation, doit supporter la gronde des riverains du site, réunis dans une association, Arivem. Ces derniers se montrent inquiets des nuisances engendrées par le site,  amené à devenir le plus grand site de tri mécano-biologique d’Europe. Arivem demande en effet des garanties au Syctom qui se retourne alors vers Urbaser environnement, avec qui il a passé le marché.

Compost, odeurs et explosions

Plusieurs points demandent éclaircissement. Le premier concerne le compost issu de ce tri mécano-biologique. “Toutes les usines existantes qui pratiquent le TMB n’arrivent pas à commercialiser le compost issu des ordures ménagères car il contient des polluants qui ont souillé les déchets biologiques. Il reste des plastiques dans le produit final, les agriculteurs n’en veulent pas et au final, tout repart à la décharge“, explique à 20minutes.fr, François Mouthon, un représentant d’Arivem. Un point de vue contredit par Urbaser qui assure que le compost produit sera conforme à la norme de qualité demandée.

Quant au méthane produit, les riverains craignent les risques d’explosion.  “L’étude de risque d’Urbaser émet la possibilité de l’explosion d’un digesteur, mais il y en aura six côte à côte avec une possible réaction en chaine” s’inquiète François Mouthon dans le quotidien.

Enfin, la question des odeurs revient une nouvelle fois dans tous les propos. Bertrand Hyllaire, directeur commercial chez Urbaser, cherche alors à rassurer. “Les bâtiments seront clos et hermétiques. L’air sera aspiré en continu et traité pour le débarrasser des composés malodorants“, assure-t-il à la journaliste de 20minutes.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter