PARIS – Autolib’ victime du vandalisme

Le système Autolib’, mis en place dans la capitale il y a quelques semaines, connait ses premiers couacs. En cause, le vandalisme subi par les véhicules qui a déjà contraint le groupe Bolloré à retirer entre 30 et 40 véhicules du service pour cause de réparation, sans compter les pannes des petites voitures.

Comme Velolib’, les voitures électriques Autolib’, disponibles en libre-service à Paris sont victimes de vandalisme. Au-delà de la nuit du 31 décembre qui s’est plutôt bien passée, les véhicules subissent régulièrement des actes de malveillance, les obligeant à être retirés de la circulation pour rejoindre la base technique de Vaucresson dans les Hauts-de-Seine.

Vitres brisées, portières enfoncées ou encore rétroviseurs arrachés, ont donc conduit 30 à 40 véhicules, sur les 250 du parc Autolib’, à Vaucresson. Et, selon un agent Autolib’, interrogé par Europe 1, ce chiffre pourrait même être plus important. “Entre les pannes et les dégradations, il ne reste plus beaucoup de voitures disponibles. Au final, sur les 250 voitures en service, moins de 150 seraient véritablement à disposition des automobilistes! ” , explique-t-il.

De nombreuses pannes électriques ont également été constatées sur des véhicules neufs. “Rien de grave“, affirme-t-on chez Bolloré qui avoue essuyer les plâtres du système.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter