Après le CO2, l’Europe s’occupe des gaz fluorés

Au delà de la réduction des émissions de CO2, les eurodéputés ont approuvé hier une résolution visant à réduire les gaz fluorés , notamment ceux des réfrigérateurs. Ils leur semblent en effet nécessaire de renforcer les mesures à l’égard d’autres émissions de gaz à effet de serre, qui peuvent s’avérer relativement peu coûteuses et rapidement efficaces.

“L’application du règlement relatif aux gaz F est loin d’avoir répondu aux attentes“, indique la résolution préparée par l’Autrichien Richard Seeber et le grec Theodoros Skylakakis. Elle a par ailleurs été approuvée par 578 voix pour, 51 voix contre et 22 abstentions. Selon les députés, la Commission devrait proposer de modifier les règles existantes afin de parvenir plus rapidement à la réduction des émissions d’hydrofluorocarbures (CFC) et à l’élimination des hydrochlorofluorocarbures (HCFC) qui détruisent la couche d’ozone. Ces gaz sont utilisés dans certains réfrigérateurs et systèmes de climatisation.

La suie aussi

Le Parlement propose également à l’Union européenne d’oeuvrer en faveur d’une réduction des émissions de noir de carbone (la “suie”), notamment par le biais d’une législation sur les émissions polluantes des véhicules automobiles. L’impact des particules de suie sur l’environnement est important. Dans l’air, elles absorbent la chaleur du soleil et, au sol, elles accélèrent la fonte des neiges et des glaces.

L’action sur les CFC et le noir de carbone pourrait débuter d’ici deux ou trois ans et être bien engagée d’ici cinq à 10 ans, indiquent les députés. Et d’ajouter que la lutte contre ces émissions serait particulièrement peu coûteuse, étant donné que le coût d’une réduction des émissions de CFC varie de 0,05 à 0,10 euro par tonne, tandis qu’il est de 13 euros pour le carbone.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter