Les Italiens disent un non massif au retour du nucléaire

Silvio Berlusconi vient de subir un nouveau revers personnel à l’occasion d’un référendum ce week-end. Marquant leur opposition avec le chef du gouvernement, les Italiens ont refusé massivement le retour du nucléaire dans leur pays. Ils se sont également exprimés contre la privatisation de la gestion de l’eau.

C’est un nouveau désaveu pour le chef du gouvernement italien dont le parti avait déjà encaissé une sévère défaite lors des dernières municipales. Une écrasante majorité de ses concitoyens, 94à 96%, se sont exprimés contre un retour du nucléaire dans la péninsule et la privatisation de la gestion et de la distribution de l’eau. Les Italiens devaient également s’exprimer sur une certaine forme d’immunité judiciaire espérée par l’actuel Premier ministre, immunité qu’ils ont massivement rejetée. A cette occasion, la participation a été exceptionnellement élevée dans le pays, avec 57% des Italiens qui se sont rendus dans les bureaux de vote, alors même que Berlusconi les avaient appelés à déserter les urnes pour se rendre à la plage!

Non au nucléaire

S’agissant du nucléaire, c’est plus un symbole qu’une réelle décision politique, l’Italie ayant déjà abandonné ce type d’énergie en 1987, après la catastrophe de Tchernobyl. Ce vote vient néanmoins contrecarrer les projets du chef du gouvernement qui avait annoncé en 2008, la construction de nouvelles centrales nucléaires à partir de 2014 pour un retour de cette énergie dans la péninsule en 2020. Mais depuis, Fukushima a véritablement calmé les ardeurs des partisans d’un retour à l’atome.

Ce référendum marque surtout l’annulation de la loi “d’empêchement légitime” qui permettait au Premier ministre de ne pas se présenter en justice en raison de ses obligations.Nous avons dit non au nucléaire, mais surtout nous avons établi le principe sacro-saint selon lequel la loi est égale pour tous“, confiait à l’AFP l’ex-juge anticorruption Antonio di Pietro, chef du parti Italie des valeurs, l’un des grands initiateurs des référendums.

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter