Allemagne : contaminations en baisse, critiques en hausse

Bonne nouvelle en provenance d’Allemagne… Même si l’origine de la contamination par la bactérie Eceh n’a toujours pas été mise à jour, le nombre de nouveaux cas d’infection seraient en diminution significative. C’est ce qu’affirmait ce matin le ministre allemand de la Santé, Daniel Bahr, qui doit désormais faire face aux critiques de la population.

Le vecteur de contamination de la bactérie Eceh, à l’origine de nombreux cas de syndromes urémique et hémolytique, et ayant causé le décès de 23 personnes jusqu’à présent, n’a toujours pas été trouvé en Allemagne. Toutefois, le ministre allemand de la Santé, Daniel Bahr annonçait ce matin que le pic de contamination serait passé. Les hôpitaux du pays enregistrent en effet une baisse sensible des nouveaux cas de contamination. Je ne peux pas encore lever l’alerte. Mais nous avons maintenant des  raisons de croire qu’il y a de l’espoir: les chiffres de nouvelles infections  baissent de manière continue. Cela veut dire qu’il peut certes y avoir de nouveaux cas, et  malheureusement aussi des morts supplémentaires, mais le nombre de nouvelles infections baisse de manière sensible”, déclarait-il ce matin sur la première chaine de télévision allemande, ARD.

La grogne monte

Le ministre recommande néanmoins de continuer à respecter certaines mesures de précaution quant à la consommation de certains légumes crus comme le concombre ou la tomate. De telles recommandations commencent a semer la discorde parmi la population allemande qui critique vivement la gestion de la crise par les autorités du pays. A défaut d’informations fiables, les consommateurs allemands commencent à se méfier de tout et une véritable psychose commence à naitre. Certains n’hésitent par exemple pas à retirer leurs enfants des écoles dès lors qu’un cas de diarrhée est déclaré. D’autres reprochent à leur gouvernement le manque de coordination, de ne pas avoir mis en place un numéro Vert afin de répondre aux questions qu’ils se posent. A défaut, les lignes de hôpitaux sont submergées d’appels.

Des ministres européens critiquent également les dysfonctionnements du  système d’alerte sanitaire européen qu’ils accusent d’avoir semé prématurément la panique parmi les populations.

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter