Gaz de schiste : José Bové continue le combat

Les opposants à l’exploitation de gaz de schiste en France se sont mobilisés ce week-end derrière le très emblématique député européen, José Bové. Ce sont 8.000 personnes qui ont été recensées par les organisateurs à Nant dans l’Aveyron, 5.000 à Cahors dans le Lot. Un nouvel appel à la mobilisation est prévu pour le 10 mai prochain, date de l’examen du projet de loi à l’Assemblée nationale.

Alors que le gouvernement annonçait la semaine dernière l’annulation des permis d’exploitation de gaz de schiste qui avait été accordés par Jean-Louis Borloo, ainsi que l’examen en urgence d’une proposition de loi sur le sujet, les opposants au gaz de schiste se sont tout de même massivement mobilisés tout le week-end. Unis derrière leur emblématique chef de file, le député européen José Bové, ils étaient par exemple entre 4.000 et 8.000 à Nant, commune de l’Aveyron, menacée par ce type d’exploitation, trois permis ayant été accordés en 2010. “Cette mobilisation va faire date puisqu’au delà des milliers d’opposants à ces projets, beaucoup d’élus de l’Aveyron sont présents à Nant, ainsi que les présidents des conseils généraux de l’Aveyron et de l’Hérault“, se félicite le leader altermondialiste.

Une loi sans ambiguïté

Les opposants demandent au gouvernement d’adopter sans tarder un loi “sans aucune ambiguïté“. Pour ce faire, José Bové a lancé un nouvel appel à la mobilisation, au pied de l’Assemblée nationale le 10 mai prochain, date à laquelle les députés examineront un texte de loi sur la question du gaz de schiste. “Cette mobilisation montre que malgré les promesses de François Fillon, les Français se méfient et exigent purement et simplement l’abrogation de ces permis d’exploitation,” explique-t-il.  “Cette journée de mobilisation est en train de changer la donne. Je suis sûr que les députés ne pourront pas faire comme si cette mobilisation n’avait pas existé“. Pour les opposants, la loi devra interdire toute technique d’exploitation du schiste par fracturation hydraulique, comme cela est le cas aux Etats-Unis, avec les conséquences environnementales qui s’ensuivent.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter