Nucléaire : un EPR aurait mieux résisté

Face à la catastrophe que connait actuellement le Japon, le débat sur le nucléaire occupe le devant de la scène dans de nombreux pays dont la France. Nos centrales sont-elles sûres, et pourraient-elle supporter une telle catastrophe? Pour les experts de l’Autorité de sûreté nucléaire, les réacteurs de troisième génération français, de type EPR, auraient mieux résisté au séisme et au tsunami.

Interrogé ce matin sur RTL, Claude Allègre, ancien ministre bien connu pour ses prises de position souvent polémiques, expliquait que “nos centrales sont beaucoup plus évoluées qu’au Japon“. Il est suivi sur ce point par Thomas Houdré, responsable de la direction des centrales nucléaires de l’ASN qui confie aujourd’hui dans l’Express que même si l’ASN “ne dispose pas de toutes les informations (…) On peut penser que les réacteurs EPR auraient sans doute mieux résisté aux aléas très graves qu’a subi Fukushima“.

“Il faut prendre en compte les accidents graves”

Les réacteurs nucléaires des troisième génération de type EPR auraient en effet comme objectif premier “de prendre en compte les accidents graves” ajoute Thomas Houdré. Et l’expérience japonaise devrait permettre de renforcer cette sécurité, notamment s’agissant du “combustible“. “Il faut réfléchir à un certain nombre d’améliorations pour prévoir son stockage en cas d’accident impliquant les réacteurs” ajoute le responsable dans l’Express.

Il revient enfin sur le système de “contrôle-commande” des centrales françaises, “le cerveau d’une centrale EPR” qui mérite d’être amélioré pour faire face à un incident grave. L’ASN a émis d’importantes exigences sur ce point et attends des propopsitions d’EDF en retour.

 

  • facebook
  • googleplus
  • twitter