76 médicaments sous surveillance et 2 retraits imminents

C’est aujourd’hui qu’à la demande du gouvernement, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé doit dévoiler lors d’un point presse, une liste de 76 médicaments “sous surveillance“. Deux d’entre-eux font d’ores et déjà l’objet d’une procédure du retrait du marché.

Le Pr Didier Houssin, directeur général de la Santé et Fabienne Bartoli, l’adjointe au directeur général de l’Afssaps vont donc dévoiler aujourd’hui la liste de 76 médicaments “sous surveillance” en raison d’éventuels effets secondaires. 59 d’entre-eux font déjà l’objet d’une surveillance particulière et entrent dans le cadre d’une procédure spéciale engagée dans le cadre du “plan de gestion des risques”.

Par ailleurs, selon l’information révélée par le Figaro, soucieuse de ne pas renouveler l’expérience du Mediator, la commission d’Autorisation de Mise sur le Marché aurait déjà demandé le retrait de deux médicaments figurant sur cette liste de 76, le buflomédil, et le Nizoral, un anti-mycosique. Depuis les révélations sur le scandale Servier, le ménage semble être en cours dans la pharmacie française, et visiblement le chantier est grand.

Buflomédil et Nizoral

S’agissant du buflomédil, commercialisé par la firme américaine Cephalon sous le nom  de Fonzylane, mais également par de nombreux autres laboratoires sous sa forme générique, il est depuis un certain temps dans le collimateur de la revue médicale Prescrire, en  raison d’effets secondaires cardiaques et neurologiques pouvant même entrainer la mort. Selon Fabienne Bartoli, il devrait disparaitre des rayons des pharmacies d’ici une quinzaine de jours.

Quant au second, commercialisé par les laboratoires américains Janssen Cilag, il est suspecté de provoquer des hépatites fulgurantes. Avant de l’interdire complètement, “l’Afssaps est en train de vérifier si le retrait du marché français ne pénalisera pas l’Afrique où ce médicament contre les mycoses vaginales est exporté et s’il y a bien des traitements de remplacement disponibles à des prix abordables“, ajoute Fabienne Bartoli.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter