EDF – GDF : les tarifs privilégiés des salariés en danger

C’est une petite révolution qui menace les salariés d’EDF et de GDF Suez. Selon le quotidien Les Echos, la direction des deux entreprises s’apprêtent en effet à revoir les tarifs privilégiés dont bénéficiaient plus de 300 000 agents et anciens agents depuis la Libération.

Le “tarif agent” était un des privilèges historique des salariés d’EDF et de GDF. Ce tarif spécifique accordé aux 300 000 salariés et retraités des sociétés EDF et GDF-Suez, ex GDF,  ne tient pas compte du montant de l’abonnement, ni de l’ensemble des taxes appliquées sur la fournitures d’énergie comme les taxes locales, la CSPE, la TVA….

Selon Les Echos, les salariés des ces deux entreprises paieraient ainsi leur électricité ou leur gaz à un prix équivalent au simple coût de production de l’entreprise et toute la consommation ne serait pas prise en compte.  “Un agent qui se chauffe à l’électricité peut ainsi payer de 10 à 15 % de la facture d’un particulier“, constate alors le quotidien.

Remise en cause de l’avantage

Mais cet avantage est désormais remis en cause par la direction des deux entreprises. Le débat qui avait avorté dans les années 80 risque fort de revenir sur le devant de la scène après les élections professionnelles qui débutent demain chez EDF.

Deux des grandes organisations patronales du secteur, l’Union française de l’électricité et l’Union française des industries gazières, souhaiteraient voir réintégrer une partie des taxes dans le tarif proposé aux salariés et retraités du secteur et ce, afin d’éviter d’avoir à reverser la différence à l’Etat. La réforme du marché de l’électricité votée par les députés, qui comprend la modification de certaines taxes, devrait en effet engendrer une augmentation du montant à reverser.

Alors, revenir sur un avantage acquis ne sera pas chose facile. Dans les années 80, 90% des salariés d’EDF-GDF s’étaient mis en grève quand la question avait été évoquée puis abandonnée.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter