EDF cède ses réseaux britanniques au hongkongais Cheung Kong

Le Conseil d’administration d’EDF vient d’approuver la cession des réseaux de distribution d’électricité britannique au groupe hongkongais Cheung Kong, pour 3,8 milliards d’euros.

Dans un communiqué publié hier,  EDF annonce que son conseil d’administration vient de donner son approbation pour la cession des réseaux de distribution britanniques du groupe français auprès du conglomérat hongkongais Cheung Kong à la suite de l’offre irrévocable de ce dernier du 29 juillet, pour une valeur des fonds propres de 3,2 milliard de livres sterling, soit 3,8 milliards d’euros.

Cette opération induit un désendettement net du groupe de 6,8 milliards d’euros. La réalisation de l’opération reste soumise aux conditions suspensives de l’approbation des assemblées générales du groupe Cheung Kong, l’approbation par décret du Ministre français de l’Economie, sur avis conforme de la Commission des Participations et des Transferts et l’autorisation de la Direction de la Concurrence de la Commission Européenne.

Annoncé par Pierre Gadonneix, cette importante cession était dans les tuyaux depuis de nombreux mois, même si l’opération avait été plusieurs fois retardée. Henri Proglio vient donc de finaliser cette vente stratégique qui devrait permettre d’injecter près de 7 milliards d’euros dans ses caisses. Cette opération est la bienvenue alors qu’EDF est confronté à une série de très lourds investissements pour renouveler et développer ses capacités de production.

EDF toujours impliqué en Grande-Bretagne

Vincent de Rivaz, le président directeur général d?EDF Energy et membre du Comité Exécutif du groupe EDF explique que son groupe “a démontré par le biais d?investissements croissants depuis 12 ans sa volonté de s?implanter durablement en Grande Bretagne. Cette cession ne remet pas en cause l’engagement du groupe EDF dans ce pays comme en atteste notre volonté de construire, aux côtés de partenaires comme Centrica, quatre nouveaux réacteurs de type EPR, si les conditions adéquates pour investir sont réunies.”

Dans l’attente de la réalisation des conditions suspensives, EDF poursuivra son effort d?accompagnement des employés, retraités, clients ainsi que de l?ensemble des parties prenantes à cette cession. Afin d’assurer une transition harmonieuse, EDF coopère dès à présent avec le groupe Cheung Kong qui bénéficie d?une expérience mondialement reconnue dans le domaine de la gestion des infrastructures régulées, notamment en Grande Bretagne.

Contrôlé par le multimilliardaire hongkongais Li Ka-shing, Cheung Kong  s’était porté candidat en mars dernier au rachat du réseau britannique détenu par EDF. Plusieurs autres groupes étaient également sur les rangs comme un consortium composé du groupe australien Macquarie, un fonds de pension canadien et un fonds souverain d’Abu Dhabi.

28% de l’électricité britannique

Distribuant Londres, l’Est et le Sud-Est du pays, le réseau de lignes électriques d’EDF Energy qui distribue 28% de l’électricité britannique avait été évalué jusqu’alors à plus de 4 milliards d’euros. 7,8 millions de clients sont alimentés en électricité par le réseau d’EDF Energy en Grande Bretagne.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter