Un guide fait la lumière sur la biomasse

En pleine effervescence et souvent très récentes, les filières des bioénergies manquent également de visibilité. Le projet Biomap vient de publier un guide méthodologique destiné à faire toute la lumière sur ces nouveaux secteurs en termes socio-économiques et environnementaux.

Les partenaires du projet ANR Biomap viennent de publier un guide méthodologique pour l’évaluation des futures filières bioénergies (production de chaleur, d’électricité et de carburants à partir de biomasse végétale). Coordonné par l’Institut Français du Pétrole et impliquant Air Liquide, le GIE Arvalis/Onidol, le CEA, EDF, FCBA, l’Ineris, PSA Peugeot Citroën, Renault, Sita France et Total, le projet Biomap visait à appliquer et à consolider la méthodologie d’évaluation des filières bioénergies mise en place dans le cadre du projet ANR Anabio.

Avec le développement rapide des filières bioénergies, il devenait indispensable de disposer d’outils d’évaluation et de comparaison fiables de leurs impacts socio-économiques et environnementaux affirme l’IFP Pour répondre à ce besoin, le projet Anabio avait défini un premier cadre méthodologique commun pour l’évaluation de ces impacts. Son successeur Biomap a été lancé en 2008 dans le but de tester cette méthodologie sur des études de cas et de préciser, ainsi, son applicabilité.

7 études de cas en France

Sept études de cas représentatifs des différentes ressources, procédés de transformation et usages de la biomasse énergie, et couvrant l’ensemble des domaines d’évaluation (environnementaux, techniques, économiques, sociétaux et de sécurité) ont été traitées. Il s’agit de la valorisation énergétique de la biomasse lignocellulosique en Champagne-Ardenne ; l’implantation d’une unité BtL (Biomass to Liquid) en France, les impacts sociétaux et ceux sur la sécurité des filières biodiesel, la valorisation énergétique des déchets urbains, les impacts du passage d’une flotte captive aux biocarburants, la cogénération ex-biomasse et les impacts des imports de biomasse pour la production d’électricité en co-combustion.

Les évaluations réalisées incluent l’intégralité des étapes des filières, selon une approche “cycle de vie”, depuis la production de la ressource jusqu’à l’utilisation finale de la bioénergie. Biomap a apporté des compléments significatifs à la méthodologie Anabio initiale en améliorant notamment la prise en compte des aspects sociaux et sécurité ainsi que l’évaluation des gisements disponibles de biomasse.

Les résultats des études de cas constituent une base de connaissances sur les impacts des filières bioénergies, précise l’IFP.

Pour en savoir + : Obtenir le guide complet

  • facebook
  • googleplus
  • twitter