L’Outox jetterait-il l’éponge ?

A la demande de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, la société commercialisant l’Outox, cette boisson censée faire chuter le taux d’alcool dans le sang, avait dû retirer la mention “safety drink” sur ses bouteilles dans l’attente de l’étude plus approfondie de ces vertus et se conformer ainsi avec la législation européenne. Or, à ce jour, ni la DGCCRF, ni l’EFSA, agence européenne de sécurité des aliments, n’ont accusé réception d’un quelconque dossier.

Après la présentation en fanfare de sa nouvelle boisson révolutionnaire, l’Efsa s’attendait à recevoir rapidement le dossier de la société Outox International, contenant les preuves scientifiques des vertus annoncées de la boisson. En effet, pour avoir le droit d’annoncer que sa boisson permet “d’accélérer de façon importante la chute du taux d’alcool dans le sang“, la société Outox International doit attendre la décision de la Commission européenne, n’intervenant qu’après validation scientifique de l’Efsa.

Aucun dossier déposé à l’Efsa

Or, aucun dossier n’a encore été déposé ni auprès de l’Efsa, ni auprès de la DGCCRF. L’Efsa annonce n’avoir “reçu à ce jour aucune demande relative à l’évaluation d’une allégation spécifique au produit Outox” et ce alors même que la société prétend attendre “une validation définitive de sa ‘promesse produit’ par Bruxelles“.

Néanmoins, l’Efsa affirme avoir entamé dès hier une “évaluation des allégations fonctionnelles génériques sur le fructose et ses éventuels effets sur l’absorption d’alcool (…) dans le cadre de l’article 13“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter