Nicolas Hulot dresse son bilan du Grenelle

Dans une note publiée par sa fondation, puis dans un tribune parue dans Le Figaro, Nicolas Hulot se livre à un bilan du Grenelle de l’environnement, se montrant assez critiques sur les résultats obtenus, jugeant les mesures prises “insuffisantes“.

Dans un document publié hier sur son site,  la Fondation Nicolas Hulot tente de tirer un bilan provisoire du Grenelle de l’Environnement, interprétant ce qu’elle estime être des avancées ou des retards. La plus grande avancée demeure le Grenelle en lui-même. “Le Grenelle a été un processus très positif“, créant “un élan, une dynamique“. Jamais auparavant les questions environnementales n’avaient été aussi présentes, dans les discours et les actes aussi bien des politiques, des collectivités territoriales, que des acteurs économiques et sociaux et des citoyens“.

Mais après s’être félicitée de l’initiative, la Fondation Nicolas Hulot passe au chapitre des critiques. “Au regard des défis auxquels l’humanité est confrontée, ces avancées restent cependant insuffisantes“, explique-t-elle dans sa note. Pour ces écologistes, le Grenelle n’est pas aller jusqu’au bout de ses ambitions et s’est malheureusement arrêté en cours de route. Nous n’avons pas franchi le cap du passage d’une économie quantitative à une économie qualitative” déplorent-ils donnant ainsi l’exemple de la fiscalité écologique, “l’abandon ou report des mesures visant à taxer les pollutions et la surexploitation des ressources naturelles“.

Grenelle, merci et encore !

Dans le même temps, dans une tribune intitulée “Grenelle, merci et encore !”, et publiée hier dans Le Figaro, Nicolas Hulot a alterné le chaud et le froid vis à vis de la politique menée par le gouvernement.  “Avec le Grenelle, la France a rempli son premier devoir écologique ; elle s’est mise à niveau, voire a pris la main sur certains sujets” se félicite-t-il. Mais, après avoir adressé un satisfecit au gouvernement,  il l’a immédiatement modéré par des critiques sur ceux qui “s’obstinent à opposer les questions sociales, économiques et écologiques“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter