Marée noire : BP aurait ignoré des signes avant-coureurs

Des élus américains ont révélé hier que des salariés de BP auraient ignoré des signes avant-coureurs quelques heures avant l’explosion de la plate-forme Deepwater Horizon, exploitée par le pétrolier britannique dans le golfe du Mexique.

Henry Waxman et Bart Stupak,  deux élus américains se sont appuyés sur un rapport interne à British Petroleum pour révéler l’existence de signes avant-coureurs de l’explosion de la plate-forme BP dans le golfe du Mexique. Ainsi, selon eux, trois signes  auraient dû être décelés par les employés de BP sur la plate-forme Deepwater Horizon. Ainsi, 51 minutes avant l’explosion, “la quantité de liquide sortant du puits est devenue plus importante que celle pompée à l’intérieur du puits“.

Second signe, dix minutes plus tard, alors que le puits était fermé, ce dernier aurait continuer de s’écouler et “la pression dans le conduit de forage a augmenté de façon inattendue“. Enfin, 18 minutes avant l’accident, une pression anormale aurait été observée, conduisant à la fermeture de la pompe.

Une erreur fondamentale

Selon les deux représentants, le rapport interne de BP fait également état d’une “erreur fondamentale” commise lors des test de pression menés quelques heures avant l’explosion. Le pression relevée, de 98kg par cm² indiquait alors une “très importante anomalie“.

Pour rappel, l’explosion de la plate-forme Deepwater Horizon le 22 avril dernier a causé la mort de 11 personnes et est à l’origine d’une catastrophe écologique sans précédent dans le golfe du Mexique.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter