Le Maire autorise les essais sur les vignes OGM de Colmar

En accord avec Jean-Louis Borloo, le ministre de l’Agriculture, Bruno Le Maire, a annoncé avoir signé un arrêté sur la poursuite d’essais sur une vigne transgénique en Alsace. La vigne en question a été génétiquement modifiée afin de résister au virus du court-noué, transmis par des vers.

Invité le 18 mai dernier sur RMC, le ministre de l’Agriculture a donc annoncé avoir “autorisé, et j’ai signé l’arrêté, les essais en plein champ sur une vigne OGM” du centre de l’ Institut national de recherche agronomique de Colmar. L’expérimentation menée à Colmar porte sur la culture de porte-greffe génétiquement modifiés pour lutter contre le court-noué, un virus qui attaque les vignes.

Cette expérimentation avait été interrompue en septembre 2009 après qu’un militant anti-OGM avait détruit les 70 porte-greffes. Selon le directeur de l’Inra, Jean Masson, cette opération a fait perdre un an et demi de retard aux travaux de ses équipes.

“Inadmissible”

Bien évidemment, cette décision n’est pas sans provoquer de vives réactions chez les écologistes. Pour Alain Jund, le porte-parole des Verts en Alsace, la décision de Bruno Le Maire est “inadmissible et irresponsable“. Il la qualifie même de “déni de démocratie” étant donné qu’elle n’a donné lieu à aucun débat contradictoire. Cette réaction s’oppose à celle du sénateur Vert du Haut-Rhin qui avait considéré le saccage des essais de l’Inra de “gachis humain incommensurable“.

Enfin, le plus célèbre des faucheurs volontaires, José Bové s’est contenté de qualifier cette décision de “mauvaise“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter