L’uranium enrichi canadien fait son come back aux Etats-Unis

Stephen Harper, le Premier ministre canadien, a annoncé hier à Washington, en marge du sommet sur la sureté nucléaire, que les stocks usés d’uranium hautement enrichi conservés au Canada seront acheminés vers les Etats-Unis afin d’y être transformés. Il s’agit d’éviter que ces stocks tombent entre les mains de terroristes pour fabriquer des armes nucléaires.

Depuis les années 80, les stocks usés d’uranium hautement enrichi utilisé au Canada, sont stockés aux Laboratoires de Chalk River en Ontario. Désormais, “ce matériel sera transformé” aux Etats-Unis “sur une période de huit ans à compter de cette année“,  explique Stephen Harper à l’occasion d’un point presse en marge du sommet de Washington. “Une fois aux États-Unis, les stocks seront transformés afin de ne plus pouvoir être utilisés pour la fabrication d’armes nucléaires” ajoute-t-il.

La quantité d’uranium transférée aux Etats-Unis devrait représenter onze années d’activités de Chalk River, un des leaders mondiaux de la production d’isotopes à des fins médicales. Le gouvernement canadien consacrera 65 millions de dollars à ce transfert.

L’Ukraine dans le sillage canadien

Ces dix dernières années, l’Agence internationale de l’énergie atomique a recensé une quinzaine d’incidents faisant état de “tentatives tentatives d’appropriation de matériel nucléaire très puissant dans des endroits mal protégés“, explique le ministre canadien des Affaires étrangères sur la chaîne CBC. Et pourtant, le Canada ne figure pas sur la liste des Nations les moins sures.

La décision canadienne a immédiatement fait des émules puisque dans son sillage, l’Ukraine s’est également engagé à éliminer ses stocks d’uranium enrichi en les acheminant en Russie où ils seront traités.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter