L’E10 fait un flop en France

L’Union française des industries pétrolières annonce un bilan très décevant pour l’E10, carburant contenant 10% d’éthanol. L’E10 n’est distribué que dans 20% des stations-service françaises contre 70% espérés en avril 2009, lors de son lancement.

Jean-Louis Schilansky, le président de l’Ufip, reconnait que  “l’E10 reste un produit relativement confidentiel (…). Cela n’a pas été un franc succès“. Or, le succès de l’E10 fait partie des conditions nécessaires pour atteindre l’objectif du plan français d’incorporation de 7% de biocarburants d’ici la fin 2010 pour atteindre 10% en 2015.

En mars 2009, peu avant le lancement de l’E10 sur le marché, le président de l’Ufip estimait que pour atteindre les objectifs du plan biocarburants français, il faudrait que “l’E10 représente 80% des volumes d’essence vendu en 2009 et 100% en 2010“. Or, en 2009, l’E10 n’a représenté que 6,3% des ventes de supercarburants. On est donc bien loin du compte.

La TGAP rode

Mais, en cas de non-respect des objectifs d’incorporation, il est prévu que les distributeurs de carburants s’acquitteront de la taxe générale sur les activités polluantes. “Nous n’avons probablement pas atteint les objectifs d’incorporation de biocarburants (pour 2009)” explique Jean-Louis Schilansky. Le montant de la taxe pour l’essence serait donc de l’ordre de 60 millions d’euros.

Pour rappel, sur les 10 millions de véhicules essences roulant en France, 60% d’entre-eux pourraient utiliser de l’E10.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter