Climat : la machine est lancée

Conformément à ce que prévoyait l’accord a minima conclu à Copenhague, 55 pays ont formulé  auprès des Nations Unies leurs objectifs individuels de lutte contre le réchauffement climatique.

L’accord arraché en décembre dernier à l’issue du sommet de Copenhague fixait la date butoir du 31 janvier pour fixer les objectifs de réduction des émissions à l’horizon 2020. C’est désormais chose faite pour 55 pays sur les 194 que compte l’ONU. Toutefois, ses 55 pays représentent 78% des émissions mondiales et figurent parmi eux le sprincipaux pollueurs de la planète, dont la Chine et les Etats-Unis.

Un “nouveau souffle” selon Borloo

Contacté par l’AFP, Jean-Louis Borloo, actuellement en Chine, où il s’entretient avec les responsables de la lutte contre le réchauffement climatique dans le pays, déclare que “la machine est puissamment lancée, ça va nous donner un nouveau souffle“. Il souligne qu’au delà des pays industrialisés, d’autres, extrêmement vulnérables au changement climatique comme les Maldives, ou encore le Bengladesh s’étaient eux-aussi conformés au calendrier fixé à Copenhague.

On attend encore la confirmation globale de l’Afrique“, a-t-il ajouté, mais de nombreux pays dont l’Algérie, l’Ethiopie, le Congo ou l’Afrique du Sud avaient préalablement appuyé ou au moins accepté l’accord de Copenhague.”La bonne volonté est là. Même s’il y aura encore des difficultés et des soubresauts“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter