Pour le PDG de Total, la taxe carbone pénaliserait l’industrie française

Interrogé par le Journal du Dimanche samedi, Christophe de Margerie,  directeur général de Total, S’est largement prononcé contre l’instauration d’une nouvelle taxe carbone appliquée aux industries. Cette taxe pénaliserait selon lui la compétitivité des industries lourdes françaises vis à vis de leurs concurrents en Europe ou dans le monde.

Selon le PDG de Total, la nouvelle taxe carbone sur laquelle planche le gouvernement, “pénaliserait davantage l’industrie française du raffinage qui va déjà très mal“. “La taxe carbone, appliquée à l’industrie, ne ferait qu’aggraver les choses” ajoute-t-il. “Nous sommes contre une nouvelle taxe sur l’industrie qui la pénalise par rapport à ses concurrents en Europe et dans le monde”.

Déjà soumis aux quotas de CO2

Christophe de Margerie explique dans les colonnes du JDD que “l’industrie pétrolière européenne est déjà soumise aux quotas de CO2” et Total elle-même s’est engagée “à réduire ses émissions de 21% d’ici à 2020” et “à diviser par deux les rejets de gaz de combustion des plates-formes“. Enfin, il déclare ne pas s’opposer “à un renchérissement des prix pour changer les comportements”.

Evoquant la question des cours du pétrole qui se situe actuellement autour des 80 dollars, le patron du pétrolier français anticipe un marché 2010 très “volatil” entre 60 et 100 dollars.  Pour Christophe de Margerie, les marchés boursiers parient sur un manque de pétrole au moment de la reprise économique, ce qui rend les cours relativement instables.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter