Antennes relais : Bouygues Telecom envoie un bon signal

Nathalie Kosciusko-MorizetNathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’Etat à l’économie numérique, a qualifié de “bon signalla proposition émise par Bouygues, lundi, de limiter à 6 volts par mètre la puissance des antennes de téléphonie mobile. Elle estime toutefois que cela reste “encore beaucoup“.

Dans un entretien accordé au Figaro lundi, Olivier Roussat le directeur général de Bouygues Telecom s’engageait “à ne pas dépasser le seuil d’exposition à 6 volts par mètre dans les lieux de vie”, comme cela se fait en Italie. Cette proposition a donc été bien accueillie par Nathalie Kosciusko-Morizet qui précise néanmoins que “ce n’est pour le moment qu’une proposition. Six volts c’est encore beaucoup. Il faut progresser“.

La secrétaire d’Etat se félicite de l’avancée du débat, “c’est un premier fruit du Grenelle des ondes“. Pour l’heure, les valeurs limites en France sont fixées entre 41 et 61 volts par mètre selon les fréquences utilisées. Mais, à Paris, suite à un accord entre mairie et opérateurs, le seuil autorisé a été fixé à 2 volts par mètre. Par ailleurs, 97% des mesures faites à proximité des antennes relais sont déjà inférieures à 6 volts par mètre.

Moins de 1 volt

De son côté, les associations Agir pour l’environnement et Priartem souhaitent un seuil d’exposition en deçà de 1 volt par mètre. Elles militent en faveur de la proposition de l’Afsset qui aimerait voir appliquer le principe “Alara” – “As low as reasonnably achievable”-, principe qui “consiste à imposer aux opérateurs d’émettre et d’exposer au niveau le plus faible techniquement possible, soit en deçà d’un volt par mètre“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter