Ecologie : un an de restriction pour une famille américaine

No impact ManUne vaste expérience écologique vient d’être menée par une famille new-yorkaise. Durant un an, elle s’est efforcée de réduire au maximum son impact sur l’environnement : elle a ainsi vécu sans électricité  et en ne consommant que de la nourriture cultivée par des paysans de leur région. Aujourd’hui, c’est l’heure du bilan…

La famille Beavan a donc décidé de mener cette expérience “écologique” très restrictive il y a plus d’un an de cela. Michelle Conlin, journaliste pour l’hebdomadaire américain” BusinessWeek”, épouse de Colin Beavan, a suggéré en premier lieu de supprimer shopping, télévision et cinéma. Puis cette volonté de se soustraire à ce qu’elle jugeait être des “addictions” s’est étendue à d’autres domaines comme la nourriture. Finis les plats livrés, toute la famille – ils ont une fille de deux ans- s’est mis à manger végétarien et à privilégier l’achat de leur nourriture auprès de paysans locaux.

Plus de biens de consommation jetables,  et place au recyclage : leur volume de déchets est ainsi passé à un litre tous les quatre jours contre 341 litres auparavant. Même le papier toilette avait disparu de leurs placards. Quant aux transports, ceux-ci ne se font plus qu’à vélo.

Le retour du papier toilette

Alors aujourd’hui, un an après le début de l’expérience que va devenir le mode de vie des Beavan ? Ils continuent de consommer les biens des producteurs locaux mais ne s’empêchent plus de se rendre au supermarché afin d’y acheter quelques biens de consommation indispensables comme du papier toilette, même s’ils prennent désormais le soin de le choisir en matière recyclée. Quant à leurs vélos, pour rien au monde ils ne les abandonneraient désormais, même s’ils s’autorisent parfois de prendre le métro les jours de pluie.

Le plus difficile pour la famille Beavan est désormais de trouver un équilibre entre leur vie d’avant et l’année écoulée. “En fait, nous n’avons pas encore trouvé la manière dont nous voulons vivre“, explique Colin. “D’une certaine manière, le projet a réellement commencé le jour où il a pris fin” constate de son côté Michelle.

Toutefois, durant cette année de restrictions, ils ont tout de même enfreint quelques règles: le café, aucun producteur local ne produisant de café, et la machine à laver. La famille continuait en effet de se servir de la machine de leur immeuble.

Colin Beavan raconte cette expérience sur son blog “No impact Man” et vient de publier un ouvrage du même nom. Un film est également sorti en septembre aux Etats-Unis, relatant l’expérience.

> Pour en savoir +: le blog

  • facebook
  • googleplus
  • twitter