La France a de l’énergie à revendre… sauf en hiver

THT raccordement de lignes RTE (D Delpoux)Selon le dernier bilan prévisionnel de RTE, gestionnaire du réseau de transport d’électricité français, la sécurité d’alimenation électrique de l’hexagone est assurée jusqu’en 2013. Mais la France reste fragile lors des pics de consommation hivernaux.

La filiale d’EDF rappelle qu’elle publie tous les deux ans une analyse prévisionnelle à long terme de l’équilibre entre l’offre et la demande. Dans son dernier bilan prévisionnel, portant jusqu’en 2025, RTE prévoit que la sécurité d’alimentation électrique de la France devrait être assurée jusqu’en 2013, grâce au développement de nouveaux moyens de production, notamment renouvelables. Mais la France reste toujours fragile en cas de consommation de pointe lors des vagues de froid, en raison d’un manque de réactivité de sa production.

Du côté de la demande, RTE prévoit une croissance modérée de la consommation d’électricité, entre 0,8% et 0,9% par an en moyenne d’ici 2025. Dans un scénario de référence, la consommation française annuelle serait de 515 TWh2 en 2015, 535 TWh en 2020 et 560 TWh en 2025.

Consommation en hausse

La consommation française progresse d’abord dans les secteurs tertiaire et résidentiel, du fait de la démographie mais aussi de transferts d’usages des énergies fossiles vers l’électricité, comme le chauffage ou les transports. Mais, les efforts d’efficacité énergétique se concrétisent et seront renforcés par la mise en oeuvre des objectifs du « Grenelle de l’Environnement », annonce RTE.

La sensibilité à la température de la consommation de pointe en hiver, qui est de 2100 MW par °C devrait atteindre 2500 MW par °C en 2025. Lors des vagues de froid, RTE évalue la pointe de consommation à 104 000 MW en 2015 et à 108 000 MW en 2020 (contre 92 400 MW enregistrée le 7 janvier 2009 à 19h). Le recours à des importations de pays voisins est alors envisageable, selon le gestionnaire français.

Production “dynamique”

En amont, du côté de la production, “l’offre est toujours dynamique“, selon RTE, portée notamment par les énergies renouvelables. Il est à noter que la production photovoltaïque émerge et devrait atteindre 1 400 MW dès 2015, en ligne avec l’objectif fixé lors du « Grenelle de l’environnement » de 5 400 MW en 2020. Par ailleurs, l’essor de la production éolienne se poursuit : elle a dépassé cette année les 4 000 MW installés, et maintient un rythme de croissance de l’ordre de 1 000 MW de nouvelle puissance installée chaque année.

Selon RTE, d’ici 2015, la mise en service de cycles combinés gaz et du réacteur nucléaire EPR de Flamanville devrait compenser l’arrêt prévu d’une partie des centrales au charbon et l’érosion probable du parc de cogénération. En France et en Europe, les normes environnementales européennes imposeront, d’ici à 2015, la fermeture des centrales thermiques les plus anciennes, souligne le gestionnaire français.

Situtation préoccupante en PACA et en Bretagne

En conclusion, la filiale d’EDF considère que “la sécurité d’alimentation électrique de l’Est de la région PACA et de la région Bretagne passe dès maintenant par de nouveaux investissements, la situation de ces deux régions étant d’ores et déjà préoccupante“. La sécurité d’approvisionnement de ces deux régions repose dès lors sur trois piliers : une maîtrise accrue de la demande d’électricité, notamment lors des pics de consommation, un développement de la production locale, y compris renouvelable, et un développement concomitant du réseau, précise RTE.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter