Vers plus de contr�le des incin�rateurs

incinerateur.JPGLuc Valaize, pr�sident du Syndicat des professionnels de la valorisation �nerg�tique, a annonc� hier que les industriels de l’incin�ration des ordures m�nag�res sont pr�ts � accepter plus de contr�les des �missions de dioxine de leurs installations.

Pour l’heure, la l�gislation impose deux contr�les par an, ce qui de l’avis de tous est insuffisant. Le minist�re de l’Ecologie r�fl�chit � un syst�me de “pr�l�vement en continu” des dioxines, comme cela se fait en Belgique. Luc Valaize, au nom du Syndicat, est favorable � une telle mesure, assurant que cela contribuerait � “am�liorer la cr�dibilit� des professionnels“. N�anmoins, ces pr�l�vements doivent �tre effectu�s de fa�on “totalement ind�pendante“, c’est � dire par l’Etat.

Si les riverains restent m�fiants vis � vis de l’incin�ration, les professionnels font valoir le fait que leurs installations produisent de l’�nergie � partir des d�chets. De ce fait, ils r�clament une hausse du tarif de l’�lectricit� ainsi produite, tarif nettement inf�rieur � celui de l’�olien par exemple.

Tracabilit�

Enfin, s’agissant des m�chefers, r�sidus solides issus de la combustion, Luc Valaize s’est d�clar� “d’accord pour que la r�glementation soit plus stricte“, notamment sur la tra�abilit�.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter