Rencontres Animal et Société : les écologistes réclament des actes

vaches_montbeliardes.JPGC’est aujourd’hui le moment de l’évaluation des résultats des Rencontres Animal et Société organisées par le Ministère de l’agriculture en 2008. Ces Rencontres ont débouché sur un plan d’actions et un Comité national de suivi qui s’est réuni jeudi matin.

Selon le communiqué de France Nature Environnement, la petite équipe du Bureau de la protection animale du Ministère a fait “un travail considérable” mais le Plan d’actions, en se limitant à quelques améliorations sympathiques et inoffensives, reste “très insuffisant“. Pour les écologistes, “les propositions des associations ont été évincées au fil des mois“. Le collectif militant considère que “les mesures retenues, ambiguës et banales, ne constituent qu’une traduction tardive des directives européennes“.

Il faut agir

Selon Anne Vonesh, chargé du dossier “bien-être animal” à France Nature Environnement : “Permettre aux associations qui participent à une démarche de concertation de s’exprimer n’est pas un but en soi. Face à des problèmes réels et graves, il arrive le moment où le gouvernement doit assumer ses responsabilités et agir. France Nature Environnement a avancé des propositions fondées, constructives et viables, de nature à ouvrir la voie vers davantage de respect de l’animal et plus d’humanité dans notre société“.

Lassé de cette temporisation, France Nature Environnement demande désormais des actes au gouvernement. Ainsi, le collectif écologiste réclame une stratégie de soutien pour des élevages dont les animaux bénéficient de conditions de vie meilleures que le minimum légal des élevages industriels.

Combattre la douleur animale

Par ailleurs, il attend “la prévention et le traitement appropriés et efficaces de la douleur chez les animaux“, qu’il s’agisse de castration, écornage, mise à mort d’animaux sauvages ou domestiques, de « jeux » ou de compétitions impliquant des animaux. Pour FNE, “l’urgence n’est pas d’étudier la douleur ? on la connaît suffisamment – mais de la combattre“.

Dans le même temps, FNE réclame un grand programme de vulgarisation quant aux besoins comportementaux des animaux (bouger, explorer, exprimer des affinités avec des congénères…) et enfin la considération en tant qu’êtres sensibles de la faune sauvage.

Sensibiliser les gouvernants

Comme le rappelle France Nature Environnement, le plan d’actions issu des Rencontres Animal et Société veut éduquer, informer, et recréer un lien entre les citadins et les animaux. Pour FNE, “ce sont nos gouvernants qu’il faut, en premier lieu, sensibiliser, informer et éduquer en matière de compréhension et de respect des besoins des animaux“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter