Les députés européens votent la priorité au changement climatique

parlement_europeen_strasbourg.JPGLa question du changement climatique est LA priorité politique du Parlement. Un rapport adopté mercredi par les députés de Strasbourg rassemble les recommandations finales de la commission temporaire sur le changement climatique pour une future politique intégrée de l’UE en la matière.

Le Parlement européen de Strasbourg vient de voter les axes de travail destinés à mener la future stratégie de l’Europe que la question du changement climatique. Les députés se basent sur l’objectif communautaire de limiter à moins de 2°C l’augmentation moyenne des températures et plaident pour un objectif de réduction de 25 à 40% des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2020.

Les députés craignent que “les effets négatifs du changement climatique soient à la fois plus rapides et plus sérieux que prévu initialement“. C’est pourquoi la Commission européenne est appelée, dans le rapport d’initiative de Karl-Heinz Florenz (PPE-DE, DE), adopté par les députés par 570 voix pour, 78 contre et 24 abstentions, à suivre de près l’évolution pour évaluer “si l’objectif de l’UE, à savoir de rester en deçà de 2°C d’augmentation, suffira à éviter un changement climatique désastreux“. De plus, l’UE et les autres pays industrialisés devraient ensemble fixer un objectif à moyen terme de réduction de 25 à 40% des émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2020 ainsi qu’un objectif à long terme de réduction d’au minimum 80% d’ici à 2050 par rapport au niveau de 1990, estiment les députés.

De l’avis des députés, nous sommes à un tournant politique en matière d’énergie et de changement climatique, ce qu’illustre la raréfaction croissante de matières premières, mais les députés soulignent qu’il importe de “ne pas baisser les bras devant la complexité du problème (…), mais de faire preuve d’esprit visionnaire pour faire la différence“. Ils demandent que les questions du réchauffement planétaire et des changements climatiques qui en découlent soient abordées dans toutes les enceintes et politiques. Il est indispensable de prendre des mesures politiques et dans le domaine de l’éducation fondées sur une perspective à long terme, et les citoyens doivent être impliqués dans les mesures de lutte contre le changement climatique.

Recommandations précises

Le rapport définit de manière détaillée un large éventail de mesures qui, de l’avis des députés, devront être prises dans les domaines suivants: énergie, biocarburants, efficacité énergétique, mobilité et logistique, tourisme, captage et stockage du carbone, agriculture et élevage, forêts, protection des sols, gestion de l’eau, pêche, gestion des déchets et des ressources, mesures d’adaptation, santé, encouragement des technologies d’avenir, systèmes informatiques intelligents, éducation, formation et sensibilisation.

Figurent notamment parmi les mesures proposées dans le rapport un objectif contraignant d’amélioration, dans une mesure de 20%, de l’efficacité énergétique à l’horizon 2020 devrait être proposé par la Commission, de même que des objectifs intermédiaires spécifiques de réduction, la création de partenariats en matière d’énergie solaire avec des pays tiers de l’espace méditerranéen, éléments fondateurs d’une politique extérieure énergétique européenne.

Par ailleurs, le rapport évoque un objectif à long terme du secteur immobilier européen devrait être une efficacité énergétique nette égale à zéro d’ici 2015 dans les nouvelles constructions résidentielles et d’ici 2020 dans les nouvelles constructions commerciales et publiques.

Le rapport constate enfin que les États membres ont adopté des démarches différentes en matière d’énergie nucléaire et invite donc instamment la Commission à accorder une attention particulière aux déchets radioactifs et à leur cycle de vie complet, ceci afin d’améliorer la sécurité.

Priorité n°1 dans les dépenses

Les députés européens estiment que le changement climatique et les mesures visant à le combattre doivent devenir la première priorité du prochain cadre financier de l’UE. Ils jugent également indispensable d’augmenter les crédits destinés à la lutte contre le changement climatique dans les pays en développement et souhaitent inscrire les exigences en matière de réduction des émissions et d’adaptation au changement climatique dans les programmes d’aide au développement.

Le Parlement a constitué sa commission temporaire sur le changement climatique le 25 avril 2007. Le rapport de Karl-Heinz Florenz rassemble les conclusions auxquelles est parvenue la commission au terme de ses travaux. Dans l’annexe du rapport se trouve une liste détaillée des activités de la commission : sessions thématiques, programme de travail, activités en relation avec la presse, documents de travail, études, visites de délégations.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter