• Accueil
  • >
  • Actualité
  • >
  • Déchets
  • >
  • Le Cercle national du recyclage dénonce “l’orgueil et l’avarice” d’Eco-Emballages

Le Cercle national du recyclage dénonce “l’orgueil et l’avarice” d’Eco-Emballages

cercle_national_recyclage.JPGLe Cercle national du recyclage revient sur l’affaire des placements hasardeux d’Eco-Emballages. L’association dénonce “l’orgueil et l’avarice” de l’éco-organisme pris en flagrant délit de “péchés capitaux”.

C’est un peu “Règlement de compte à OK Corral” dans le monde du recyclage. L’association d’élus qui regroupe de nombreuses collectivités s’intéressant de près à la gestion collective des déchets et à la protection de l’environnement en général, est très remontée vis-à-vis d’Eco-Emballages. Pour le Cercle national du recyclage, “la récente découverte des placements financiers particulièrement discutables d’Eco-Emballages confirme l’orgueil et l’avarice de cette société anonyme, ressentis par tant de collectivités locales“.

Le CNR dénonce tout d’abord l’orgueil d’Eco-Emballages qui se prétend reconnue d’utilité publique mais dont “l’ensemble des opérations de communication sont surfaites et tronquées“. Cette attitude aurait amener l’éco-organisme à se positionner comme la structure vertueuse et incontournable du développement durable, s’appropriant tous les mérites de la collecte sélective, alors que “les principaux acteurs sont les collectivités locales et les citoyens trieurs“.

Contradiction avec l’intérêt environnemental

Par ailleurs, l’association d’élus évoque l’avarice d’Eco-Emballages qui n’a de cesse, en limitant par toutes les interprétations contractuelles possibles sur les soutiens versés aux collectivités pour le tri des déchets d’emballages, de défendre les intérêts économiques de ses entreprises adhérentes. Pour le Cercle, si cela est tout à fait légitime au regard de son statut juridique, mais c’est quelquefois en contradiction avec l’intérêt environnemental.

Pour l’association créée notamment par Jacques Pélissard, actuel président de l’AMF (Association des maires de France), l’Etat s’est montré régulièrement “trop complaisant à l’égard d’Eco-Emballages“, et aurait dû veiller à introduire des éléments de contrôle et de régulation. Si les collectivités locales ont été rassurées, le 16 décembre dernier, sur le versement de leurs futurs soutiens, le CNR souhaite que “toute la lumière soit apportée sur cette affaire et que ces pratiques ne soient plus jamais constatées, aussi bien au sein de cette société agréée que dans les autres filières“.

Que Borloo reprenne l’initiative

Le Cercle National du Recyclage souhaite que Jean-Louis Borloo “reprenne l’initiative en termes d’éthique et de contrôle pour mettre en place, à tous points de vue, une filière ’emballages ménagers’ performante et répondant à son agrément“. A ce titre, le CNR lui suggère d’inviter les sociétés agréées à travailler au maintien du montant du “soutien à la compensation” de 2008 et de le faire perdurer jusqu’au prochain barème E.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter