Pour une unification de la lutte contre l’amiante

amiante_fibre.jpgRéunis à Strasbourg pour une “Rencontre européenne amiante”, des participants à ce congrès ont interpelé hier l’Union européenne afin que soit harmonisé le droit sur ce “drame sans frontière”, tuant près de 100.000 personnes par an dans le monde.

Mathieu Montes, organisateur de ce congrès, confie à l’AFP, “je pense que c’est une cause nationale, cela devrait même être une cause mondiale puisque de l’amiante, il y en a absolument partout (…) Comme l’affaire du sang contaminé à la fin des années 1980, l’amiante constitue un énorme scandale sanitaire“.

Pour lui, “il s’agit d’un des grands drames sanitaires de l’époque moderne avec le fait que dès les années soixante on savait que l’amiante était cancérigène et qu’on a attendu 1997 pour l’interdire en France“.

Or, pour les participants de ce premier congrès européen consacré à l’amiante, il existe de grandes inégalités dans le dépistage, le traitement des maladies de l’amiante ou encore dans les systèmes législatifs sur ce sujet.

La présidence européenne interpelée 

A l’issue des débats, ils ont donc présenté une” interpellation” à l’adresse de la présidence de l’Union européenne pour une égalité des droits entre les victimes en Europe. Ils ont en effet constaté que les droits étaient très différents d’un pays à l’autre. Ils demandent alors la mise en place “d’un droit civil et pénal également sans frontière pour toutes les victimes“.

Selon les spécialistes réunis à Strasbourg, cette harmonisation devra porter sur le dépistage, la reconnaissance du statut de victime, la prévention ou encore la réparation des dommages subis. “Nous nous engageons et soutenons la mise en place d’un réseau européen qui agisse pour la mise en oeuvre rapide de ces propositions“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter