La relance de 3 projets autoroutiers diversement appréciée

autoroute_transport.jpgSi le plan de relance présenté la semaine passée par Nicolas Sarkozy ravit les professionnels du bâtiment, il fait aussi des mécontents. Les écologistes de France Nature Environnement dénoncent un “message incohérent avec les priorités du Grenelle de l’environnement”.

Concrètement, ce sont trois projets autoroutiers gelés depuis le Grenelle de l’environnement qui devraient être débloqués rapidement dans le cadre du plan de relance de l’économie chiffré à 26 milliards d’euros, annoncé jeudi par le Président de la République. Ces décisions sont évidemment diversement appréciées par les acteurs de l’environnement.

Après l’annonce par le chef de l’Etat d’un vaste plan anti-crise axé sur l’investissement, et notamment dans les infrastructures, le gouvernement a annoncé vendredi le déblocage de 3 projets autoroutiers d’importance, déjà critiqués par certains écologistes. Par la voix du Premier ministre François Fillon, l’Etat s’est engagé à débloquer “sans tarder” trois projets autoroutiers qui, étaient gelés depuis le Grenelle de l’environnement.

Ainsi que l’a rappelé le Premier ministre, les mesures principales en matière de transports et d’infrastructures constituent l’un des “leviers majeurs” du plan de relance. Les trois projets concernent précisément l’A63, entre Salles et Saint-Geours-de-Maremne (Landes) pour relier Bordeaux et la frontière espagnole, l’A150 entre Ecalles-Alix et Barantin (Rouen–Le Havre) et l’A355 (contournement ouest de Strasbourg). L’ensemble représent une enveloppe totale de plus de 800 millions d’euros de travaux, a précisé François Fillon, lors de l’inauguration d’un tronçon de l’autoroute A41 à Copponex, en Haute-Savoie.

“Dans le bons sens” pour Vinci

Pour Vinci, “cette décision va dans le bon sens“, souligne un porte-parole du groupe d’infrastructures. “C’est une très bonne nouvelle. Cela lève les interrogations sur ces trois projets qui étaient d’actualité depuis des années, mais avaient été mis en stand-by depuis le Grenelle de l’Environnement“, se réjouit Jean-François Roverato, président d’Eiffage, l’un des leaders français du BTP avec Bouygues et Vinci.

Les écologistes de FNE critiquent cette priorité donnée à l’automobile. “Ces trois projets sont très anciens. Le grand contournement ouest de Strasbourg a été conçu dans les années 60. Par ailleurs, si le gouvernement envisage d’aider au financement de montages partenariats publics / privés dans le domaine routier, il envoie un message incohérent avec les priorités annoncées à l’issue du Grenelle de l’environnement” dénonce Michel Dubromel, responsable du réseau Transports et mobilités à France Nature Environnement.

Changement drastique ?

Pour Jean-Stéphane Devisse, directeur adjoint des programmes du WWF France.”L’annonce de M. Fillon suit la logique gouvernementale qui est de relancer à tout prix mais sans tenir compte d’un new deal écologique que nous appelons de nos voeux“. Les écologistes rappellent que l’engagement du Grenelle était de procéder à “un changement drastique dans la politique des transports“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter