Bilan du dernier Conseil des ministres de l’environnement européens

jean_louis_borloo.JPGJean-Louis Borloo et Nathalie Kosciusko-Morizet ont présidé hier à Bruxelles, le Conseil des ministres chargés de l’Environnement de l’Union européenne. L’occasion de faire le point sur l’avancée de la lutte contre le changement climatique.

Dans le domaine de la lutte contre le changement climatique, priorité-clé de la présidence française, et dans la perspective d’un accord avec le Parlement européen sur le paquet législatif énergie climat, les ministres de l’Environnement ont fait le point sur l’avancement des travaux, ainsi que sur la portée de ce paquet dans le contexte de la conférence internationale sur le climat qui se déroule en ce moment-même à Poznan en Pologne.

Le ministre a rappelé à ses homologues que le Conseil européen des 11 et 12 décembre prochains décidera, comme prévu par les conclusions du Conseil européen d’octobre, “des solutions appropriées aux enjeux de la mise en ?uvre de la politique communautaire climatique et énergétique“.

La déforestation, un élément essentiel 

La lutte contre la déforestation et la dégradation forestière, ainsi que la conservation et la gestion durable des forêts constituant des éléments essentiels d’un futur accord international sur le climat, les ministres européens ont par ailleurs adopté des conclusions ambitieuses sur le thème de la déforestation.

Le Conseil a également adopté des conclusions appelant à réduire les risques que présente le mercure pour la santé humaine et l’environnement. Il s’agit d’une étape importante car ces conclusions permettront à l’Union européenne de s’appuyer sur une feuille de route à la fois ambitieuse et flexible pour mener à bien les négociations internationales sur le mercure, qui auront lieu en février 2009 dans le cadre du 25ème conseil d’administration du Programme des Nations-Unies pour l’Environnement (PNUE).

Dans la continuité du débat qui s’est tenu lors du Conseil environnement du mois d’octobre, les ministres ont réitéré leur volonté de répondre aux attentes des citoyens sur la question sensible des OGM, en adoptant des conclusions qui marquent clairement une demande d’amélioration de l’évaluation environnementale des OGM.

Un plan d’action pour une consommation durable 

Enfin, le Plan d’action pour une consommation et une production durables et pour une politique industrielle durable a fait l’objet d’un débat très constructif. Les ministres ont adopté des conclusions qui soulignent l’ambition de l’Union européenne sur ce sujet crucial pour amorcer une dynamique nouvelle en faveur d’une croissance durable. En effet, cette thématique s’inscrit dans le double objectif de rendre nos modes de consommation et de production plus durables et d’accroître par l’éco-innovation la compétitivité de l’industrie européenne.

En conclusion de cette journée, Jean-Louis Borloo et Nathalie Kociusko-Morizet ont remercié leurs collègues européens pour la qualité de leurs échanges pendant les six mois de présidence française du Conseil de l’Union européenne. Au terme de cette réunion, ils ont passé le témoin au ministre de l’Environnement de la République tchèque Martin Bursik, qui prendra au 1er janvier 2009 la présidence du Conseil.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter