Que deviennent les substances chimiques dans l’environnement ?

pnetox.JPGL’homme dissémine de nombreuses substances chimiques dans l’environnement. Que deviennent ces substances dans l’environnement ? Quel est leur impact sur les milieux naturels ? C’est à ces questions que tentent de répondre le colloque qui a lieu actuellement à Lille, dans le cadre du programme PNETOX.

Le Programme National d’Ecotoxicologie (PNETOX), piloté depuis 1996 par le MEEDDAT, a pour mission de fournir à la collectivité les outils nécessaires à l’évaluation des risques environnementaux liés à l’utilisation de ces substances. Les recherches menées dans le cadre de ce programme participent ainsi depuis plus de 10 ans au développement d’outils d’aide à la décision dont les différents acteurs (industrie, agriculteurs, collectivités?) ont besoin pour gérer l’environnement dans une perspective durable.

Suite au Grenelle Environnement, ce champ de recherche longtemps soutenu uniquement par le Ministère chargé de l’écologie, est maintenant reconnu comme une priorité nationale. L’écotoxicologie, à l’interface entre l’écologie et la toxicologie, étudie le devenir des substances polluantes dans l’environnement et leurs effets toxiques sur les constituants des écosystèmes, animaux (incluant l’homme), végétaux et microbiens.

Ce colloque, intitulé “Ecotoxicologie terrestre et aquatique : de la recherche à la gestion des milieux” a pour objectif premier de restituer les résultats de recherches finalisées à une large communauté d’utilisateurs (Agences de l’eau, ADEME, DRIRE, DIREN, Chambres d’Agriculture, etc) mais également de permettre à ces utilisateurs d’engager des discussions avec les chercheurs du domaine de l’écotoxicologie autour des travaux menés depuis 2000 dans le cadre de ce programme national de recherche.

3 volets à l’étude

Trois volets sont prévus, de façon à couvrir les recherches effectuées au sein du programme : “écotoxicologie aquatique”, “écotoxicologie terrestre”, et “nouvelles approches, polluants émergents”. Afin de favoriser l’accès aux utilisateurs, plutôt que des communications classiques, le format du colloque privilégie des synthèses longues (en séance plénière) autour des résultats des travaux ; les échanges avec les chercheurs se feront autour de posters.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter
Pécédent «
Suivant »