Le mandat de Nathalie Kosciusko-Morizet remis en cause à Longjumeau

NKM_2.JPGUn recours déposé auprès du tribunal administratif de Versailles à la suite des dernières élections municipales,  a abouti hier à plusieurs coups de théâtre dont l’annulation éventuelle du scrutin remporté par la secrétaire d’Etat à l’Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, à Longjumeau.

La commissaire du gouvernement a effectivement demandé hier l’annulation du scrutin des dernières municipales de Longjumeau, qui a vu la victoire de Nathalie Kosciusko-Morizet par 39 voix d’avancer sur son concurrent Jean-Claude Marquez. L’ex-candidat PS a alors dénoncé une collusion entre la secrétaire d’Etat et Philippe Schmit, ancien maire de la ville, absent de Longjumeau depuis de nombreuses années.

Jean-Claude Marquez dénonce le fait que Philippe Schmit se soit inscrit sur les listes électorales et surtout sa nomination en janvier au poste d’inspecteur général de l’équipement, suite à une nomination par décret du ministère de l’Ecologie… Elle estime que cette nomination peut être considérée comme une candidature fictive de nature à altérer la sincérité du scrutin. L’avocat de la secrétaire d’Etat a fait valoir à l’audience que cette nomination n’était pas le fait de sa cliente, mais la commissaire du gouvernement a néanmoins évoqué “une chronologie et des circonstances qui sèment le trouble quant à une éventuelle man?uvre électorale“.

Interrogée sur le sujet par le “Parisien”, Nathalie Kosciusko-Morizet a tenu à “respecter la procéudre légale qui veut qu’on ne commente pas une affaire en cours“.

La décison du tribunal a été mise en délibéré sans toutefois fixer de date.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter