Première étape dans la remunicipalisation de l’eau parisienne

Eau_de_Paris.JPGLa promesse du candidat Delanoë lors de la dernière campagne municipale a connu hier une première avancée avec le vote d’un budget supplémentaire dont une partie servira à racheter la totalité des actions de la Société d’économie mixte, Eau de Paris, premier pas indispensable avant la création d’un Epic, Etablissement public industriel et commercial, comme le souhaite le maire de la capitale.

Lors de la dernière campagne pour les municipales, Bertrand Delanoë avait annoncé haut et fort sa volonté de remunicipaliser le service de l’eau dans la capitale. Dans cette optique, le Conseil de Paris a adopté hier le vote d’un budget supplémentaire nécessaire au rachat des actions de la SEM Eau de Paris. Ainsi, ce sont 6,2 millions d’euros qui seront consacrés au rachat de 30% d’actions Eau de Paris.

Première étape

En mai 2007, 28 de ces 30% avaient été rachetés par la Caisse des Dépôts afin de faire sortir du capital de la SEM Veolia et Suez Environnement. Le rachat de ces 30% à la Caisse des Dépôts et à d’autres SEM est la première étape pour la transformation de la SEM Eau de Paris en Epic charger d’assurer la distribution de l’eau dans la capitale à partir du 1er janvier 2010, soit au lendemain du terme des contrats de Suez et Veolia.

Pour Anne Le Strat, adjointe en charge de l’eau, interrogée par “Les Echos”, “il est essentiel que la collectivité assure une maîtrise totale de la chaîne et que l’accès à l’eau ne puisse générer des profits pour des groupes qui vont distribuer des dividendes“.

Une entité mixte

D’un point de vue juridique, “Les Echos” nous précise que le choix s’est porté sur le statut de régie à autonomie financière et personnalité morale, ce qui permettra au sein de l’Epic d’avoir, réuni sous une même convention collective, des agents de la Ville et des salariés de droit privé issus des sociétés distributrices.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter