La Convention de Bâle s’intéresse aux portables usagés

telephone.jpgLa réunion annuelle de la convention de Bâle sur les déchets dangereux s’est ouverte hier à Bali, en Indonésie. Cette année, la question du recyclage des téléphones portables en fin de vie devrait être au centre des débats.

La réunion de Bali va envisager l’adoption de nouvelles directives techniques pour une gestion respectueuse de l’environnement des téléphones cellulaires usagés ou en fin de vie“, précise le communiqué de l’organisation.

A l’origine de ces débats, un constat: “l’utilisation de téléphones portables a crû de façon exponentielle depuis les premiers utilisateurs dans les années 1970, pour atteindre 1,76 milliards en 2004 et plus de 3 milliards en avril 2008. Tôt ou tard ces téléphones seront mis au rebut, dans leur entier ou en pièces détachées“.

Le sort des vieux navires évoqué

Cette réunion devrait donc être le point de départ d’un partenariat pour agir sur les équipements informatiques (PACE) visant à une meilleure gestion des déchets issus des ordinateurs. Sera également évoquée la question du démantèlement des vieux navires, l’objectif étant d’aboutir à un accord “clarifiant les conditions légales pour envoyer à la ferraille des navires obsolètes“.

Pour rappel, la Convention de bâle “pour le contrôle des mouvements transfrontières des déchets dangereux” entrée en vigueur en 1992 pose le principe que chaque pays est responsable de la gestion de ses propres déchets et conditionne leur exportation à l’accord préalable de l’Etat destinataire.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter