L’Onema, le gendarme de l’eau français

Onema.JPGLa nouvelle directive européenne sur l’eau donne aux Etats membres des obligations de résultats quant au bon état écologique de leur eau en 2015. Dans ce cadre la France tente de tout mettre en oeuvre afin de respecter cet objectif dans les délais.

“Les Echos” reviennent aujourd’hui sur la politique française visant à respecter l’objectif fixé par l’Europe sur la bonne qualité des eaux pour 2015. Dans un premier temps, les structures de contrôle et de prévision ont donc été réorganisées avec la création de l’Office national de l’eau et des milieux naturels, l’Onema, il y a un an. Cet établissement dispose donc d’un budget de 109 millions d’euros fourni par les redevances des agences de l’eau afin de répondre à sa mission.

Sa mission justement, est donc, entre autre, de centraliser toutes les données collectées par les agences de l’eau. 1.500 sites de surveillance ont également été créés afin de suivre la température des cours d’eau, ainsi qu’alerter en cas d’obstacle éventuel à l’écoulement des rivières.

L’Onema, Big Brother

Par ailleurs, régies et entreprises privées chargées du service public de l’eau seront surveillées à partir de 2009 grâce à la mise en place d’une trentaine d’indicateurs de performance, conjuguant les aspects économiques, techniques, sociaux et environnementaux. De même, les maires des communes devront communiquer leur rapport à l’Onema chaque année.

Enfin, de nombreux contrôles déjà réalisés par l’Onema ont aboutis à des courriers d’avertissement ou de mise en demeure. L’établissement est donc bien décidé à ne rien laisser passer afin de respecter ses engagements européens pour 2015.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter