Les Français ne sont pas prêts à faire des économies d’énergie

Ligne_haute_tension.jpgSelon une étude du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc), les Français ne sont pas prêts à sacrifier leur confort pour réaliser des économies d’énergie.

La recherche du confort prime encore sur les économies d’énergie“, a indiqué le Credoc dans la dernière lettre “Consommation et modes de vie”. “En dépit d’une sensibilité écologique croissante, les comportements des ménages ne sont pas encore orientés vers des pratiques économes“.

Les incitations aux économies d’énergie dispensées par les pouvoirs publics sont inefficaces pour les ménages. “Ces incitations sont essentiellement financières alors qu’elles devraient davantage tenir compte des mécanismes et des motivations à l’oeuvre dans les comportements individuels“, estime le Credoc, précisant que “c’est en procédant ainsi que les messages publics sont parvenus à faire évoluer les pratiques de tri des déchets ménagers“.

Le confort d’abord

Les comportements concernant le chauffage établissent clairement que la recherche du confort l’emporte sur le souci de l’économie financière : la température moyenne des logements est passée de 19 à 21 degrés entre 1986 et 2003“, a expliqué le Credoc.

Le Credoc note que chaque année, un Français consomme 0,9 tep (tonne équivalent pétrole) dans son logement. Plus de 70% de cette consommation est consacrée au chauffage, 13% aux consommations électriques (éclairage, électroménager…), 10% à la production d’eau chaude et 5% à la cuisson.

Une hausse de 85% en 30 ans

Entre 1973 et 2003, les consommations d’électricité ont augmenté de 85% par m2. Cette explosion de la consommation est due à l’équipement des ménages en appareils électroniques et vidéo qui, à cause des mises en veille prolongée, entraînent une consommation d’électricité “conséquente“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter