OGM : des amendements dans “le sens du Grenelle”

Jose_Bove.JPGLes débats devraient reprendre aujourd’hui à l’Assemblée autour du projet de loi OGM après l’adoption en fin de semaine dernière de certains amendements dont les amendements Chassaigne et Grosdidier. Pour José Bové, leader altermondialiste, tout cela va dans le bon sens.

Un premier amendement était présenté jeudi par le député Chassaigne et était destiné à la protection des cultures traditionnelles. S’agissant des principes généraux de cultures des OGM, l’amendement Chassaigne précise en effet que toute culture doit se faire dans le respect “des structures agricoles, des écosystèmes locaux, et des filières de production et commerciales qualifiées” sans OGM.

Quant à l’amendement Grosdidier, adopté à l’unanimité, il précise que la liberté de consommer et de produire avec ou sans OGM, est bien évidemment prévue par la loi et sera garantie “sans que cela nuise à l’intégrité de l’environnement et à la spécificité des cultures traditionnelles et de qualité“.

Des amendements cohérents

S’agissant de ces avancées dans les débats, José Bové, leader altermondialiste et faucheur volontaire d’OGM a jugé ces amendements “cohérents“. Interrogé par l’agence Associated Press, il confie que “l’amendement Chassaigne, renforcé par celui de Grosdidier, est capital. Ces deux amendements donnent un cadre très clair aux dérives des OGM sur le territoire. Cohérents, ils vont dans le sens du Grenelle de l’environnement“.

Enfin, concernant le débat autour de la création d’un Haut Conseil des biotechnologies, composé d’un comité scientifique et d’un second économique, éthique et social, José Bové estime qu’il est plutôt partisan “d’un unique collège pour ne pas opposer les scientifiques à la société civile“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter