EPR : libération de Stéphane Lhomme

Stephane_Lhomme__Sortir_du_nucleaire.JPGStéphane Lhomme, porte-parole du Réseau “Sortir du nucléaire”, a été libéré mardi “après 10 heures de garde à vue et d’interrogatoires serrés par les services de la Direction de la Surveillance du Territoire (DST)”, a annoncé mercredi l’organisation.

Selon “Sortir du nucléaire”, le délit de “compromission du secret de la défense nationale” pourrait être retenu à l’encontre de Stéphane Lhomme qui pourrait passer en procès d’ici quelque temps. “On m’a très clairement laissé entendre que je serai mis en cause dans le cadre d’un procès“, a déclaré le porte-parole du réseau à Reuters.

Selon l’organisation, pour la détention du rapport classé “confidentiel défense” “qui reconnaît que, contrairement à ce que prétendent EDF, Areva et les autorités françaises, le réacteur nucléaire EPR n’est pas conçu pour résister à un crash suicide réalisé avec un avion de ligne“, le porte-parole du réseau “risque 5 ans de prison et 75.000 euros d’amende“.

Je suis prêt à assumer les conséquences d’un acte citoyen consistant à faire connaître la vérité sur un sujet aussi grave que l’énergie nucléaire et les risques extrêmes qu’elle fait courir“, a indiqué le militant écologiste.

La DST recherche la source d’information

Au cours de son interrogatoire, Stéphane Lhomme n’a donné aucune information qui permette de remonter jusqu’à la personne d’EDF qui a pris le risque et la responsabilité de transmettre ce document“, a précisé le réseau.

Les policiers de la DST ont tenté d’identifier la source de l’information chez EDF. Ils m’ont présenté une liste d’une vingtaine de personnes travaillant dans l’entreprise mais ils n’ont pas avancé sur cet aspect du dossier“, a précisé le porte-parole de “Sortir du nucléaire”.

Pour la fédération qui regroupe 810 associations, cette affaire “démontre une nouvelle fois que le nucléaire est incompatible avec la démocratie et le droit d’informer. Il est essentiel qu’un contre-pouvoir citoyen puisse continuer à informer sans entraves le grand public sur les risques du nucléaire“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter