Mise au point pour une pêche responsable et durable

Filets_de_peche.JPGAfin de répondre aux inquiétudes exprimées par certains professionnels de la pêche Michel Barnier, ministre de l’Agriculture et de la Pêche a souhaité faire à nouveau le point sur la mise en oeuvre du plan pour une pêche durable est responsable.

Conformément aux engagements pris par le Président de la République ce plan constitue une réponse d’ampleur nationale aux défis écologiques, économiques, sociaux et de sécurité que doit relever la pêche française. Il mobilise 310 millions d’euros sur trois ans. Il s’adresse aux entreprises de pêche et aux marins.

Depuis le 1er février, la majeure partie des quinze mesures du plan ont été enclenchées.

– 100 Millions d’euros sont déjà mis à disposition et 60 millions ont déjà engagés pour permettre à la filière pêche de retrouver des perspectives solides de développement durable.

– C’est notamment le cas des mesures qui concernent l’amélioration de la gestion des ressources halieutiques et le renforcement de la collaboration entre pêcheurs et scientifiques pour la collecte d’informations en mer grâce au renforcement des moyens donnés par l’Etat à l’IFREMER.

– C’est également le cas des mesures qui permettent l’installation des jeunes marins pêcheurs, des mesures qui soutiennent les actions de recherche et développement destinées à réduire la dépendance des navires de pêche au gazole (moteurs propres et carburants alternatifs).

– C’est aussi le cas des mesures qui permettent la modernisation et la restructuration de la flotte de pêche.

– Des négociations sociales suscitées par le plan ont permis la conclusion d’un accord historique entre partenaires sociaux et la mise en place d’un salaire minimum garanti pour les marins pêcheurs artisans de 1200 euros nets par mois.

– Les modalités de mise en oeuvre des dispositifs de soutien au fonctionnement des navires de pêche sont précisées et mises en oeuvre en étroite coopération avec les responsables professionnels du secteur. Au cours d’une réunion avec ceux-ci à la fin du mois de février, il a notamment été décidé de mettre en place des mesures d’aide ont été mises en place en faveur des navires de pêche et des marins les plus concernés par le contexte économique depuis le 1er février. Ces aides représentent un montant total de 12 millions d’euros. Elles sont en cours de versement sous forme d’un premier acompte pour un montant total de 8 millions d’euros.

346 dossiers déposés

A ce jour 346 dossiers représentant un total de 2,6 Millions d’euros ont été déposés par les pêcheurs. Ils sont en cours de traitement par les services des affaires maritimes et de paiement par les services régionaux du Centre National pour l’Aménagement des Structures des Exploitations Agricoles (CNASEA).

Les premiers bénéficiaires verront leurs comptes crédités dès aujourd’hui et un très grand nombre des ces dossiers seront payés avant fin de la semaine prochaine

En Bretagne, 269 dossiers sont en cours de traitement.

– Ille et Vilaine : 14 dossiers
– Côtes d’Armor : 75 dossiers
– Finistère : 135 dossiers
– Morbihan : 45 dossiers

Un soutien aux “caisses chômages intempéries”

Par ailleurs, le gouvernement a décidé d’augmenter son soutien au dispositif des “caisses chômages intempéries” géré par les professionnels de la pêche. Sur les 25 millions d’euros mobilisés dans le cadre du plan pour une pêche durable, 8 millions d’euros ont été versés au bénéfice des marins pêcheurs adhérents ce qui représente une indemnité exceptionnelle de 250 euros par personne.

A moyen terme, les professionnels qui le souhaitent pourront être rémunérés, dans le cadre de “contrats bleus” pour réaliser des prestations de services d’intérêt général, dans le strict respect de la réglementation communautaire.

Le dialogue avant tout

Depuis son arrivée au Ministère de l’agriculture et de la pêche, Michel Barnier, a construit un dialogue positif avec les représentants de la pêche sur toutes les façades maritimes de la métropole et outre-mer. Il est allé fréquemment à la rencontre des pêcheurs à l’occasion de plus d’une dizaine de déplacements dans les ports au cours des derniers mois. Il organise régulièrement des réunions de travail pour faire le point sur l’état d’avancement et de mise en ½uvre du plan. Les prochaines rencontres, qui rassembleront les présidents des comités régionaux des pêches sont prévues les 26 et 31 mars. Elles permettront de faire le point de manière détaillée avec ces responsables de l’avancement du plan.

Le Ministre souhaite poursuivre cette concertation nécessaire dans un esprit de dialogue qui ne doit pas être rendu plus difficile par des actions qui desservent une démarche constructive.

Il rappelle l’importance économique du “spi ouest France” qui compte parmi les manifestations nautiques les plus importantes au plan international et fait appel à l’esprit de responsabilité des pêcheurs concernés par cette action afin de ne pas mettre en difficulté cet évènement sportif de première ampleur.

C’est par la poursuite des négociations entre les autorités locales, les organisateurs de la course et les professionnels de la pêche que la situation actuelle sur le port de la Trinité sur mer doit trouver une solution favorable.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter