L’héparine contaminée menace la France

sante_piqure.jpgAux Etats-Unis, plusieurs personnes sont décédées après avoir reçu de l’héparine contaminée, un anticoagulant post-opératoire.

Début mars, l’Agence américaine des médicaments (la Food and drug administration) avait annoncé avoir détecté une substance contaminante dans des flacons d’héparine vendus par le groupe pharmaceutique Baxter International. L’Agence américaine avait ajouté que la plus grande partie des composants actifs du produit venaient de Chine et qu’elle “ne savait pas encore si ce contaminant a été introduit accidentellement ou de façon délibérée“.

Des ingrédients chinois

L’héparine est une substance ayant des propriétés anticoagulantes très puissantes. Elle est fabriquée à partir d’intestins de porc et Scientific Protein Laboratories (SPL), le fournisseur du groupe Baxter, possède des usines en Chine où il achète les ingrédients de base.

Les Etats-Unis ne sont pas le seul pays touché par l’héparine contaminée. L’Allemagne, où 80 cas de réactions allergiques ont été recensés, a du retirer du marché certains lots d’héparine de la firme Rotexmedica, une filiale du groupe français Pampharma.

L’ingrédient actif des lots incriminés ne provenait pas de Scientific Protein Laboratories, le fournisseur de Baxter“, a déclaré Janet Woodcock, directrice adjointe de la FDA. Aujourd’hui, “nous sommes inquiets de la possibilité de la présence de cette substance contaminante dans de l’héparine vendue partout dans le monde“.

“Aucun signalement”

Xavier Cornil, directeur par intérim de l’inspection et des établissements à l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps), a indiqué à l’AFP qu’en France, “il n’y a aucun signalement de pharmacovigilance, aucun signalement d’effet indésirable chez des patients“.

L’Afssaps mène des vérifications auprès de la dizaine de firmes pharmaceutiques qui commercialisent l’héparine en France. L’Agence contrôle ainsi l’origine de leurs matières premières, les conditions de fabrication et de contrôle qui doivent répondre aux normes…

Nous restons très très vigilants“, a ajouté Xavier Cornil, précisant que les vérifications pourraient durer “de quelques jours à quelques semaines“.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter