La difficile situation des producteurs serristes

Serre.JPGLes producteurs de légumes et de fleurs sous serres chauffées doivent faire face à une forte augmentation du coût de l’énergie, et tout particulièrement du fioul (+75% en un an), qui affecte fortement leur situation économique. Michel Barnier souhaite donc que les conséquences de cette situation soient bien prises en compte.

A cet effet, des mesures immédiates sont décidées pour faire face à la situation difficile des producteurs:

– des instructions sont données par le Ministre du Budget, des Comptes Publics et de la Fonction Publique aux TPG concernés afin d’accélérer les remboursements de TVA ;
– Michel Barnier a obtenu l’assurance que le tarif réglementé de vente de gaz “Telnuit” dont bénéficient les serristes sera maintenu, et que des facilités de paiement seront accordées par Gaz de France ;
– enfin, pour apporter une aide immédiate aux serristes les plus en difficulté, Michel Barnier dégage sur les crédits du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche une enveloppe spéciale de 1,5 millions d’euros dans le cadre de la procédure “agriculteurs en difficultés”, ainsi qu’une enveloppe spéciale de 2 millions d’euros dans le cadre du Fonds d’Allègement des Charges (FAC).

Une adaptation structurelle

Au-delà, il est indispensable que le secteur mette en ?uvre les évolutions nécessaires pour s’adapter structurellement au nouveau contexte. En 2006, le rapport rédigé par Philippe Mauguin, ingénieur en chef du GREF, avait établi un plan d’adaptation en 15 mesures : sa mise en ?uvre doit être poursuivie et, le cas échéant, accélérée. Depuis un an, les dispositifs d’aides prévus dans le cadre du “plan serres” de VINIFLHOR et dans le Plan Végétal pour l’Environnement inscrit dans le PDRH (plan de développement rural hexagonal) y contribuent.

En complément, Michel Barnier a décidé d’un effort national supplémentaire d’accompagnement à la reconversion énergétique et à l’amélioration de l’efficacité énergétique des exploitations, au moyen d’une enveloppe de 2,5 millions d’euros qui sera gérée par VINIFLHOR.

Enfin, le ministre confirme que les serristes seront pleinement associés au groupe de travail sur les conditions de développement de la cogénération, piloté par la DGEMP, qui examinera cette question et fera des propositions avant la fin de l’année.

  • facebook
  • googleplus
  • twitter