Veolia Environnement : “2007 en ligne avec nos attentes”

Henri_Proglio.JPGDans une interview accordée à l’hebdomadaire “Le Revenu”, Henri Proglio, le PDG de Veolia Environnement revient sur les derniers chiffres du groupe publié dernièrement ainsi que sur les objectifs de la société. Extraits.

Interrogé sur la publication des résulats 2007 de la société, Henri Proglio commente que “l’exercice 2007 est parfaitement en ligne avec nos attentes, tous les paramètres essentiels sont positifs et en progression. Nous améliorons nos performances d’année en année, en maintenant notre croissance interne dans la zone des 8%, malgré la sélectivité de nos opérations de développement. En outre, nous avons fait plusieurs opérations de croissance externe, dont certaines ne joueront que sur l’exercice 2008. C’est notamment le cas de Thermal North America, le premier portefeuille américain de réseaux de chaleur et de froid, qui ne contribuera au chiffre d’affaires et aux résultats qu’à partir du début de l’année. Malgré l’impact comptable de ces opérations sur le rendement des capitaux investis en 2007, nous avons tout de même amélioré cet indicateur, qui atteint désormais 10,9%.”

Quant aux objectifs de croissance, “à moyen terme, nous construisons la croissance du groupe à peu près au rythme de 10% par an : de 7 à 8% en interne, auxquels s’ajoutent 2 à 3% de croissance externe. Mais la progression des acquisitions est difficile à anticiper car elle dépend des opportunités. En 2007, la croissance externe a dépassé 7%. Ainsi, quand on parle d’une croissance de 10% du chiffre d’affaires en 2008, c’est plutôt le bas de la fourchette de prévisions. On fera certainement plus.”

Les déchets se portent bien

S’agissant de la branche “propreté” du groupe, “Le Revenu” revient sur la croissance ralentie des Etats-Unis, et des impacts que celle-ci pourrait avoir sur l’activité du Français. Sur ce point, Henri Proglio affirme que “l’activité déchets aux États-Unis se porte très bien. Certes, il y a aujourd’hui un tassement marginal des volumes. Mais il est compensé par une très bonne tenue des déchets industriels, notamment dans le secteur pétrolier où nous avons développé depuis trois ans une activité dans la maintenance et les services aux plateformes offshore dans le golfe du Mexique. En outre, nous avons obtenu des contrats de l’armée américaine pour la destruction d’armes chimiques. Nous avons ainsi une bonne visibilité de notre activité déchets aux États-Unis où nous avons bien maîtrisé notre dimension. Malgré l’effet conjoncturel américain, nous aurons une bonne année 2008 sur ce segment d’activité et une excellente année 2009.

Enfin, concernant de nouvelles orientations, le PDG ajoute, “enrichir nos métiers ? Oui. En développer de nouveaux ? Nous n’en avons pas besoin. Enrichir, cela veut dire rajouter des composantes aux métiers existants dans le cadre d’une vision plus large. Nos clients – grandes collectivités urbaines et groupes industriels – nous demandent de les aider à concevoir la ville de demain ou le process industriel du futur. Par exemple, on attend de nous que nous soyons des acteurs du dynamisme régional. Hier, nous étions des prestataires de services. Aujourd’hui, nous sommes des acteurs de l’économie locale auxquels on demande d’être plus créatifs et plus ambitieux plutôt que de répondre simplement à des appels d’offres traditionnels. Cela débouche sur la gestion des aéroports, des ports et sur la gestion de l’interface avec l’intérieur du pays en matière de fret ferroviaire.”

  • facebook
  • googleplus
  • twitter